Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 août 2008 2 19 /08 /août /2008 17:48


par Frédéric Hutman

Le 25 août prochain, salle Pleyel, à Paris, se tiendra le premier concert de la saison 2008/2009.
Un concert placé sous la direction d’un des plus importants pianistes-chefs d’orchestre de notre époque, Daniel Barenboïm, dont il est inutile de rappeler l’immense talent dans ces colonnes.

Là où le bât blesse un peu, c’est que monsieur Barenboïm ne se contente pas d’être l’admirable musicien qu’il est. Depuis quelques années, atteint peut-être de ce qu’on pourrait appeler le syndrome Yehudi Menuhin, il se fait donneur de leçons perpétuelles et cruelles à l’égard d’un des plus petits pays du monde. Pourquoi évoquer un tel syndrome ? J’y reviendrai. TEXTE PROTEGE

Ce concert du 25 août prochain, il le donnera à la tête de « son » orchestre, le West Eastern Divan Orchestra. Un orchestre créé à son initiative et celle de son ami Edward Said. Pour mémoire, ce distingué professeur, qui a vécu principalement et confortablement aux États-Unis, a toujours prôné un État binational, en Israël, c’est à dire rien moins, évidemment, que la disparition de l’État juif.

L’orchestre de Barenboïm est officiellement un instrument de paix, s’agissant d’un ensemble composé de musiciens arabes et israéliens, dont un musicien palestinien aux dernières nouvelles, sur environ une centaine. Mais en réalité, il ne sert que de faire-valoir au chef d’orchestre, et n’est qu’un moyen, à chacune de ses prestations, de « dénoncer la politique épouvantable du gouvernement israélien » (le mot « politique » n’étant, le lecteur l’aura compris depuis longtemps, que le faux nez de la nature ontologique du pays lui-même, celui-ci étant l’éternel coupable, quelle que soit la politique du gouvernement en place).
REPRODUCTION INTERDITE SANS AUTORISATION
Pour l’anecdote, extra-musicale, les meilleures places pour le concert du 25 août prochain sont proposées à 130,00
euros, soit les prix les plus élevés pour écouter à Paris les meilleures phalanges américaines ou allemandes (…) Pour mémoire, les places pour le concert de l’Orchestre philharmonique d’Israël, en septembre 2007, au Théâtre des Champs-Élysées, étaient d’un montant bien inférieur. Cela contribue à donner un aperçu du côté mondain de l’événement. Écouter un orchestre de quatrième ordre – car c’est bien de cela qu’il s’agit, à en juger par ses prestations télévisées, largement médiatisées par ARTE – au prix du Philharmonique de Chicago n’est pas courant. Et nul doute que les rangs du public seront chics et mondains. PROTEGE

Pour nous convaincre définitivement du caractère de la démarche de Daniel Barenboïm, le programme sera consacré au premier acte de la Walkyrie, de Richard Wagner. PROTEGE

Le message de ce concert est évident : Ceux qui, en Israël, refusent de jouer du Wagner sont des arriérés, qui, au nom de la Shoah, nous empêchent d’écouter la musique d’un génie. Et Daniel Barenboïm, musicien éclairé, nous le prouve. COPIE INTERDITE

Je n’ai rien contre la musique de Wagner – un des plus grands compositeurs de tous les temps, évidemment – mais il n’est pas totalement absurde de penser que des gens peuvent être choqués à l’idée que ce génial antisémite puisse être donné en concert en Israël. Interviewé récemment sur ce sujet, le violoniste Shlomo Mintz disait adorer Wagner, mais qu’il n’en dirigerait aucune œuvre en Israël tant qu’y vivrait un survivant de la Seconde Guerre mondiale, de peur de blesser. Barenboïm, ignorant peut-être qu’il existe d’autres grands compositeurs d’opéra, a toujours tenté, et y est parvenu, de le jouer en Israël. REPRODUCTION SOUMISE A AUTORISATION

Il est sans doute petit-bourgeois de suggérer qu’aujourd’hui, grâce au disque, à la radio, à la télévision, on peut écouter à loisir du Wagner dans quelque pays qu’on soit. PROTEGE

Quoiqu’il en soit, je parlais au début de cet article du syndrome Yehudi Menuhin. Le grand violoniste, dans les années quatre-vingt, évoluant lui aussi sur la pente d’une déligitimation constante d’Israël, n’a pas craint de soutenir officiellement Roger Garaudy, dans les procès dont celui-ci a fait l’objet en raison de son négationnisme. Quand les bornes sont dépassées, il n’y a plus de limite, disait-on dans un film français des années soixante.

Barenboïm n’en est pas là. Mais il est permis d’être irrité par la pose et la suffisance d’un grand musicien, qui use et abuse de sa notoriété pour hurler avec des millions de loups contre l’État juif.REPRODUCTION SOUMISE A AUTORISATION

On s’amusera, tout de même, pour finir, en constatant que Daniel Barenboïm, démoli systématiquement par la critique française et particulièrement le journal Le Monde quand il était durant quinze ans à la tête de l’Orchestre de Paris, est aujourd’hui célébré par les mêmes, qui hier encore le vilipendaient. REPRODUCTION SOUMISE A AUTORISATION

Sans doute, uniquement parce que le jeu de ce grand musicien a mûri, depuis son départ de Paris, et non du fait de ses opinions à l’égard d’Israël ! Que l’on peut être bête et soupçonneux !

Frédéric Hutman


(ce texte est paru dans le n°580 du Journal de l'Association des Médecins Israélites de France (A.M.I.F.), juin 2008, sous le titre "Le syndrome Yehudi Menuhin")



Frédéric Hutman est avocat au Barreau de Paris et critique musical.
 

(Avec l'aimable autorisation de Bruno Halioua et de l'auteur)

© 2008 - A.M.I.F. / http://www.amif.com/journal/JAMIF_580.pdf

Partager cet article

Repost 0
Published by Marcoroz - dans Pan dans les dents
commenter cet article

commentaires

Bruno Fraitag 06/11/2008 15:35

D'accord avec l'auteur à 100% sur le fond. Je suis allé à ce concert, car il y avait quand même Waltraud Meier dans le rôle de Sieglinde (plutôt première catégorie que quatrième, la chanteuse!) et je dois dire toutefois que, dans le laïus qu'a fait Barenboim à la fin du concert, il n'y a pas eu une once de critique à l'égard d'Israël. Affirmation répétée du caractère apolitique de la démarche (on y croit ou pas). Bilan plutôt positif, donc, finalement.

Marcoroz 18/06/2009 16:22



Il faut croire que ce jour-là, Barenboïm était mieux luné qu'à d'autres occasions comme celles auxquelles S. Brodowicz fait référence: http://www.debriefing.org/16026.html



Yéhoudi 22/08/2008 16:32

il est laid!!!

on dirait le bébé qu'ont eu Jacques Martin et Dracula

Mr Barré encouille Yéhoudi Mierda!!

Le Blog De Marcoroz

  • : Le blog de Marcoroz
  • Le blog de Marcoroz
  • : Un blog ... d'excellente tenue, tant sur le fond que sur la forme ... (Menahem) - Un des meilleurs blogs ... vos articles m'enchantent à chaque fois. (Pascal) - ... une belle plume, une vraie réflexion ... (Feenix) - ... rigueur, concision, et pas de langue de bois. (Spqr) - ... une œuvre de salubrité publique ... (Stella) - ... des idées et une approche intéressantes ... (Roland) - Beau, frais, lumineux comme ces rayons de soleil au matin ... (Pierre)
  • Contact

Libérez Pollard !

 Jonathan Pollard

Archives

עם ישראל חי

POUR SION JE NE ME TAIRAI PAS !
POUR JÉRUSALEM JE NE RESTERAI PAS SILENCIEUX ! (Isaïe 62:1)

Marcoroz