Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 décembre 2008 5 05 /12 /décembre /2008 18:56


Voici le début de ce que l’on pourrait appeler un anti-lexique : quelques expressions non pas dévoyées mais carrément absurdes, dans la mesure où l’on serait bien en peine de leur trouver une définition cohérente. Leur emploi courant dans les médias n’est qu’un signe parmi d’autres de la dépravation généralisée de la profession journalistique.

 
Territoires occupés :

 

Ce terme n’a aucun sens. Tout État occupe des territoires, ne serait-ce que celui par lequel il se définit. Ainsi, par exemple, l’Espagne occupe un territoire qui constitue la majeure partie de la péninsule ibérique.

Certains États occupent aussi des territoires qu’ils ont conquis dans des conditions diverses et prêtant parfois à controverse, comme par exemple la Chine qui occupe le Tibet depuis qu’elle l’a envahi par les moyens les plus violents et les moins légitimes.

Un territoire inoccupé, ce serait un territoire vide de toute implantation humaine et sur lequel aucune entité politique n’exercerait la moindre forme de souveraineté. Même le Bois de Vincennes est donc un territoire occupé.

Cependant, depuis un temps que les moins de vingt ans, et même de quarante ans, ne peuvent pas connaître, l’expression « territoires occupés » n’est jamais employée qu’à propos d’Israël. L’exception sémantique se décline à la fois au plan géographique et au plan historique : quand ces mêmes « territoires » étaient sous domination jordanienne, ce n’était apparemment pas une occupation. Dans la vulgate journalistique française, un territoire est donc « occupé » quand c’est Israël qui l’occupe.

Plus fort encore, un territoire continue d’être considéré comme occupé par Israël et désigné de cette manière même après qu’Israël s’en est retiré et en a abandonné toute souveraineté.

Israël est surtout un pays pour lequel il est habituel, surtout dans la presse européenne, d’utiliser systématiquement deux poids et deux mesures. Toute ressemblance avec une attitude généralement adoptée envers les Juifs dans l’histoire des deux derniers millénaires est sans doute une pure coïncidence.
 

 

Ultra-orthodoxe :


Être orthodoxe, c’est se conformer scrupuleusement à toutes les règles. Par conséquent, soit on est orthodoxe, soit on ne l’est pas. Le terme « ultra-orthodoxe » n’a donc, lui non plus, aucun sens. Ce n’est qu’une astuce journalistique de plus pour abuser le public (P.S.: ici, je reconnais avoir exagéré un peu mais le fond de mon idée reste juste).

Il est intéressant de remarquer que cette expression aussi est réservée aux Juifs. Les chrétiens orthodoxes, eux, ne sont jamais qualifiés d’ « ultras »... même quand ils ont l’habitude de se taper dessus jusqu’à s’entre-tuer à l’intérieur même d’un de leurs lieux de culte, sous prétexte que quelqu’un a déplacé une chaise.

À propos de l’épouvantable tuerie de Bombay, certains journalistes français ont eu l’indécence de désigner le rabbin Holtzberg et sa femme, sauvagement torturés puis assassinés parce qu’ils étaient juifs, comme des membres d’une « secte ultra-orthodoxe », sous prétexte qu’ils appartenaient au mouvement Habad. Le centre communautaire juif qu’ils dirigeaient - une cible spécifiquement juive, à laquelle les envoyés de « la religion de paix » avaient consacré pas moins de 20 % de leurs efforts meurtriers - a été soigneusement passé par le même prisme déformant, histoire de suggérer aux lecteurs qu’il s’agissait surtout du repaire d’une sombre organisation peu digne d’inspirer l’émoi.

En réalité, le mouvement Habad, aussi appelé Loubavitch, est une branche parmi d’autres du courant hassidique qui, depuis son apparition il y a plus de deux siècles et demi, n’a jamais cessé de faire partie du judaïsme. Ce n’est donc pas une secte. Mais tout est bon pour salir l’image des Juifs et pour rehausser celle de leurs bourreaux.
 

 

Ultra-gauche :


Avant, en France, il y avait la gauche et l’extrême gauche. Voilà que nos journalistes viennent d’inventer l’ultra-gauche. L’extrême gauche a toujours fait partie de la gauche, elle en est même constitutive par nature, par contraste avec l’extrême droite qui, au moins depuis la Quatrième république, est nettement séparée de ce que l’on appelle aujourd’hui la droite et n’a finalement de droite que le nom. L’ultra-gauche, ce n’est même pas un concept : c’est simplement la même maison qui change de raison sociale.


Pour finir, on notera aussi l’apparition très récente, du côté de « l’ultra-gauche », du terme « ultra-sioniste » (avec ou sans séparateur).

Qui a cru que je terminerais ce troisième exemple sans établir également un lien avec les Juifs ? 

Si j’en juge par la façon dont ce néologisme est employé, un « ultra-sioniste », c’est tout simplement un « sioniste » qui se revendique comme tel : c’est moi, par exemple.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Trumpeldor 17/02/2009 10:12

Salut Marco,
Impeccable ton blog
Kol HA KAVOD

Le doc, ultrasioniste jusqu au bout de la vie

Marcoroz 06/05/2009 17:04


Merci Doc ! Merci Gilles ! Merci à tous !


Gilles 08/02/2009 12:45

Marcoroz,

le lapsus est excellent ...
je corrige donc, si l'extrême-gauche pouvait prendre le pouvoir dès aujourd'hui, elle le prendrait et nous finirions tous dans des camps de "rééducation" ... tandis que l'ultra ne désire que le chaos.

oui, bien entendu il existe des passerelles entre l'extrême et l'ultra, selon le degré de parano de certains des membres qui naviguent d'un champ à l'autre.
Concernant Rouillan et le NPA ; Rouillan a agit ainsi pour continuer à faire semblant d'exister, il est cuit. Le NPA pour faire parler de lui et faire plaisir à son aile extrême.
Je me répète, mais même au niveau du cercle de décision, certains du NPA n'ont pas abandonné la lutte armée, les abrutis de bobos qui bavent devant le petit facteur devraient en prendre compte ...

Mais du temps infâme d'Action directe, Rouillan aurait qualifié le petit facteur de bourgeois travaillant pour un Etat bourgeois et pour aggraver son cas compagnon d'une capitaliste.

Ton site présentant une information dure et l'autre plus légère, le tout avec un solide sens éthique, est très agréable à parcourir.
Bravo.

Gilles 08/02/2009 10:44

Marcoroz,

OK pour tout sauf pour la notion d'ultra-gauche, l'extrême-gauche et l'ultra-gauche sont deux mouvements dissociés, l'ultra-gauche ne supporte pas l'extrême et vice versa ...
le but ultime de l'extrême gauche est la prise du pouvoir pour instaurer une dictature du prolétariat, aussi elle est organisée en mouvements politiques soutenus par des syndicats. L'extrême veut la révolution, par les urnes (bof ..., ils savent qu'ils ne seront jamais majoritaires et les élections démocratiques ne leur sont utiles uniquement pour apparaître dans les médias) ou par les armes (cette semaine, lors de la création du NPA, certains "cadres" ont clairement affiché leur non renoncement à la lutte armée).
L'extrême-gauche ne désire aucun pouvoir, nous les appelions les anarchistes avant, elle est organisée en petites cellules et le seul but de ces parano, c'est la déstabilisation de quelque pouvoir que ce soit.
Ils lutteraient dans ce sens donc même contre un pouvoir de type stalinien.

En résumé :
- extrême : mise en place de la dictature du prolétariat par les armes,
- ultra : tentative de déstabilisation par des attentats de tout type de pouvoir.

Ils ne sont pas nos amis, pas plus les uns que les autres, mais le renseignement et la lutte contre ces jobards doit s'adapter à leurs pratiques et donc nous devons les différencier.

Et vive le sionisme !

Marcoroz 06/05/2009 16:25



Gilles, Merci pour ce commentaire très pertinent. Il ne faut pas toujours prendre au premier degré mes affirmations tranchées, qui ont souvent valeur de provocation
(à la réflexion) plutôt que de certitude. C'est vrai aussi pour le terme ultra-orthodoxe, pas si absurde que cela - surtout si l'on remarque que des intellectuels juifs qui se réclament de
l'orthodoxie l'emploient eux-mêmes, à propos de certains mouvements dans la pratique desquels ils ne se reconnaissent pas. Je remarque toutefois que tu as commis un intéressant lapsus, en
écrivant "L'extrême-gauche ne désire aucun pouvoir" alors que tu voulais parler de "l'ultra-gauche". J'observe aussi que l'expression "ultra-gauche" est d'un emploi nouveau, même s'il faut
admettre qu'elle recouvre un concept réel. Par ailleurs, le fait que Besancenot ait rencontré Rouillan montre bien que ces deux mouvements se "supportent" mieux que ce que tu affirmes.


 


Et Israël vivra !



aschkel 01/01/2009 09:19

les islamistes modérés

aschkel 01/01/2009 09:16

Excellent et merci.

Cette liste n'en finirait pas

Activiste palestinien, ou résistant
colonistation des territoires occupés
légitime défense disproportionnée
ou

les israeliens ont permis le transfert de 90 camions d'aide humanitaire au compte-goutte vers la bande de Gaza.

les colons ultra-extremistes

etc... etc...

Le Blog De Marcoroz

  • : Le blog de Marcoroz
  • Le blog de Marcoroz
  • : Un blog ... d'excellente tenue, tant sur le fond que sur la forme ... (Menahem) - Un des meilleurs blogs ... vos articles m'enchantent à chaque fois. (Pascal) - ... une belle plume, une vraie réflexion ... (Feenix) - ... rigueur, concision, et pas de langue de bois. (Spqr) - ... une œuvre de salubrité publique ... (Stella) - ... des idées et une approche intéressantes ... (Roland) - Beau, frais, lumineux comme ces rayons de soleil au matin ... (Pierre)
  • Contact

Libérez Pollard !

 Jonathan Pollard

Archives

עם ישראל חי

POUR SION JE NE ME TAIRAI PAS !
POUR JÉRUSALEM JE NE RESTERAI PAS SILENCIEUX ! (Isaïe 62:1)

Marcoroz