Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 juillet 2009 2 28 /07 /juillet /2009 22:20


par Yashiko Sagamori
-
(traduit de l’anglais par Marcoroz)



De : MHD ROSLI BIN MOHD NORDIN [...]
Envoyé : lundi 13 novembre 2006 8:40
À : yashiko.sagamori@xxxxxxxxx

Objet : paix

 

Bonjour, je suis Rosli, de Malaisie, et je suis musulman. J’ai lu ce que vous avez écrit sur la page internet Thinkisrael.com [article en français ici]. Je ne suis pas d’accord du tout avec la façon dont vous parlez de nous autres musulmans. Je crois que vous n’avez pas compris la vraie signification du djihad. La meilleure façon de décrire l’islam est de dire que « l’islam n’est que paix ». Le mot islam lui-même signifie paix. J’aimerais vous donner un conseil, si vous voulez connaître mieux l’islam, il faut que vous lisiez la traduction du Coran et que vous l’observiez, ou bien vous pouvez aller sur le site internet islamonline.net pour mettre à jour vos connaissances au sujet de l’islam. Qu’Allah vous guide.



Cher Rosli,

Si quelqu’un vous réveille au milieu de la nuit la plus froide et la plus noire de l’hiver en se plaignant que le soleil tape de façon insupportable, soit ce quelqu’un vous téléphone depuis l’autre côté de la planète, soit il est aveugle et se trouve assis dangereusement près d’une fournaise.

Lunettes rosesS
i quelqu’un, aujourd’hui, me dit que l’islam n’est que paix, on peut faire un certain nombre de suppositions concernant son identité. Il peut s’agir d’un Juif de gauche qui ne voit le monde et la Shoah qui se prépare qu’à travers les lunettes roses du politiquement correct. Il peut s’agir d’un individu aussi ignorant et aussi peu disposé à apprendre que le président Bush. Il peut s’agir d’une personne qui ment effrontément, comme Condoleezza Rice. Il peut s’agir d’un pleutre ridicule comme Tony Blair. Il peut s’agir d’un schizophrène, car les schizophrènes vivent dans une réalité parallèle. Enfin, et surtout, il peut s’agir d’un musulman ou d’une musulmane, car le Dar el-Islam est une réalité parallèle.

Si l’islam est une religion de paix, alors il faudrait qu’on m’explique pourquoi les sunnites irakiens et les chiites irakiens, au lieu de s’unir contre l’envahisseur américain, s’entretuent à la cadence de plusieurs dizaines de victimes par jour.

Si Israël opprime vraiment les soi-disant
« Palestiniens », comment se fait-il qu’au lieu de s’unir contre lui, ces derniers s’entretuent à un rythme de plus en plus soutenu ?

Comment se fait-il que la guerre entre l’Iran et l’Irak, dans les années quatre-vingt, ait fait plus d’un million de victimes sans rien apporter à aucun des deux camps ?

Comment se fait-il que la guerre entre les Kurdes de Turquie et les
« vrais » Turcs, musulmans les uns comme les autres, ait fait plus de 30 000 victimes ? Comment se fait-il qu’Abdullah Ocalan, leader musulman des Kurdes, ait pu déclarer en 1992 : « Même si 100 000 personnes sont tuées cette année, notre mouvement ne pourra pas être démantelé », tout en sachant que chaque individu parmi ce nombre impressionnant de personnes dont il considérait que la vie avait si peu de valeur était un musulman ?

Comment se fait-il qu’en Algérie, les efforts combinés de l’Armée islamique du Salut et du Groupe armé islamique aient produit une guerre civile ayant fait entre 150 000 et 200 000 victimes musulmanes entre 1991 et 2002 ?

Voyez aussi ce qui se passe à La Mecque, le plus important lieu saint de l’islam, pendant le Hadj, l’événement le plus sacré de toute l’existence de tout musulman. Voici une brève (et de loin incomplète) chronologie de la piété pacifique des musulmans à notre époque :

Le 21 novembre 1979, premier jour du quinzième siècle de l’islam, un groupe de trois cents étudiants de l’université de théologie de Médine prennent le contrôle de la mosquée de La Mecque. Ils conservent ce contrôle pendant deux semaines, avant que soixante-trois d’entre eux soient capturés vivants et la mosquée libérée. Tous ses occupants sont alors exécutés.

Le 31 juillet 1987, des émeutes déclenchées par des pèlerins iraniens font plus de quatre cents morts.

Le 9 juillet 1989, deux bombes tuent une personne. On accuse les chiites du Koweït, et seize d’entre eux sont exécutés.

Le 2 juillet 1990, 1 402 personnes meurent piétinées.

En 1994, 400 personnes meurent piétinées.

Le 15 avril 1997, un incendie provoque la mort de 340 personnes.

Le 1er février 2004, 244 personnes meurent piétinées.

Le 13 janvier 2006, plus de 345 pèlerins meurent piétinés près du complexe de Jamrat, à Mina.

ça se passe comme ça en IslamieVous aurez remarqué, j’espère, que je n’ai mentionné que quelques-uns des exemples les plus connus de violence islamique contre des musulmans. Il ne s’agit pas de faits isolés. Ces faits font partie d’un processus continu qui a accompagné l’islam tout au long de son histoire. En fait, la majorité absolue des musulmans qui meurent de mort violente ne sont pas tués par des
« infidèles » : ils sont assassinés par d’autres musulmans. Par conséquent, si votre définition de la paix a le moindre point commun avec la mienne, l’islam, contrairement à votre opinion, n’a rien à voir du tout avec la paix. Si vous n’êtes pas d’accord, je serais heureuse de connaître votre définition de la paix.

Peut-être l’islam est-il plutôt une affaire de convictions personnelles profondes ? Voyons cela de plus près. L’islam est la seule religion, dans le monde actuel, à accepter les conversions forcées. Il y a quelques mois seulement, deux journalistes occidentaux ont été kidnappés à Gaza pour être échangés contre une rançon – là encore, une pratique exclusivement islamique. Pendant leur captivité, on les a mis devant un choix simple : la conversion à l’islam ou la mort. Ils se sont convertis. Dans l’ensemble du Dar el-Islam, pas une seule personne ni une seule autorité ne s’est élevée contre cet abus. Et pourquoi en aurait-il été autrement ? Cela fait quatorze siècles que les adeptes de Mahomet répandent l’islam par l’épée. Cela fait quatorze siècles que leur méthode est efficace. Pourquoi arrêter maintenant ?

Je ne me sens pas moi-même avoir l’étoffe des héros. Je dois reconnaître que si je me trouvais confrontée à la même alternative, je choisirais sans doute de rester en vie et de répéter la shahâdah que me dicteraient mes bourreaux. Mais en quoi ces sonorités étrangères qui n’ont pour moi aucun sens, ces intonations sorties de ma gorge sous la menace d’un pistolet braqué sur la tempe ou d’un couteau appuyé sur ma gorge pourraient-elles changer mon impression de l’islam et la manière dont je le perçois ? Vous pouvez obliger quelqu’un à suivre vos rites, vous pouvez même l’obliger à combattre à vos côtés, mais pouvez-vous l’obliger à croire en quelque chose ? Pas plus que vous ne pouvez obliger un pays musulman à devenir une démocratie, même avec toute la puissance militaire des États-Unis à votre disposition. Non, cher Rosli, l’islam n’a rien à voir avec les convictions personnelles.

L’islam ne serait-il que vérité ? De cela aussi, je doute. Comme vous le savez sûrement, la charia interdit expressément qu’un non musulman témoigne contre un musulman. Cela signifie que vos tribunaux religieux, et donc votre religion, ne recherchent pas la vérité mais la domination musulmane sur les
« infidèles ».

Par ailleurs, le Coran lui-même contient, disons, des inexactitudes. Par exemple, le verset 2 135 qui dit :
« Soyez juifs ou chrétiens et vous serez sur la bonne voie. » En réalité, contrairement au christianisme et à l’islam, le judaïsme ne considère pas le salut comme exclusivement réservé à ses adeptes. La loi juive dit explicitement qu’un Gentil ira au paradis s’il s’abstient de commettre sept péchés mortels ; un juif, pour aller au paradis, doit suivre 613 commandements, parmi lesquels les sept qui sont exigés des Gentils. C’est la raison pour laquelle, à toute personne qui vient le trouver parce qu’elle désire se convertir, un rabbin a le devoir d’expliquer que la conversion compromettrait ses chances de salut. Celui qui désire devenir juif doit comprendre quelle est cette responsabilité, et l’accepter de plein gré et en connaissance de cause. Comme on peut s’en rendre compte, il n’en faut pas plus pour qu’une conversion forcée au judaïsme soit quelque chose d’impossible, même en théorie.


Que la citation ci-dessus ait été un mensonge délibéré ou un effet de l’ignorance de l’homme que vous avez pris pour un prophète, il est certain qu’elle ne me permet pas d’accepter l’idée que ce texte serait d’inspiration divine.

 

nullL’islam serait-il plutôt une religion d’amour ? Je ne le pense pas non plus, car l’islam est la seule religion au monde dont les adeptes se livrent régulièrement à des « crimes d’honneur » sur des membres de leur propre famille. C’est aussi la seule religion au monde à ne pas promettre à des membres d’une même famille qu’ils seront réunis dans l’au-delà. Au lieu de cela, elle garantit aux bons musulmans de sexe masculin un bordel gratuit pour l’éternité. Elle ne prévoit pas explicitement de récompense pour les femmes vertueuses, mais elle spécifie bien que dans leur paradis classé « X », les musulmans subiront une ségrégation selon leur sexe. Un mari aimant ne préférerait-il pas passer l’éternité entouré de sa famille, plutôt qu’à forniquer comme un lapin atteint de priapisme ? Bien sûr que si, sauf, naturellement, s’il est musulman.

 

L’islam serait-il un code moral ? Pas vraiment. Même si vous décidiez de considérer la corruption généralisée qui règne dans tous les pays musulmans, sans exception, comme une perversion de la foi véritable, vous ne pourriez ignorer que le vin, les plaisirs sexuels, tout ce que l’islam déclare tabou dans cette vie, tout cela est promis en abondance dans l’autre. Or, ce qui est mal ici-bas, dans notre monde corrompu par le péché, devrait être encore plus mauvais dans la pureté immaculée du ciel. La raison de ces prohibitions n’est donc pas l’immoralité de l’acte. Quelle est-elle alors ? Voici ce que je pense : quand on empêche totalement des gens normaux d’avoir du plaisir, de profiter de la vie, il devient plus facile de les contrôler et d’en faire des « martyrs ». Vous le savez sans doute, c’est incroyablement efficace.

 

Vous savez sans doute également que dans les pays musulmans, les mollahs organisent des réseaux de prostitution en célébrant des « mariages » temporaires entre leurs affiliés et les prostituées, en total accord avec la charia. Vous avez sûrement entendu parler des fatwas de l’Ayatollah Khomeiny précisant en détail ce qu’un homme doit faire à un petit enfant qu’il viole ou à un animal domestique soumis à un traitement similaire.

 

nullD’ailleurs, Mohammad lui-même n’observait pas les règles morales imposées à ses adeptes. Il est réputé avoir déclaré : « Quand un homme et une femme sont ensemble dans la même pièce, il y a une troisième personne, le démon. » Je ne garantis pas l’exactitude de cette citation (à ma connaissance, on ne la retrouve ni dans le Coran ni dans les Hadiths), mais je sais pertinemment qu’elle reflète l’attitude habituelle des musulmans : quiconque a la possibilité de faire le mal n’est pas censé résister à la tentation. Ne croyez-vous pas que par cette seule attitude, le musulman moyen est considérablement plus immoral que l’adolescent occidental moyen qui se montre capable de passer une journée à s’amuser à la plage, entouré de jeunes filles à moitié nues (ou plutôt, nues aux neuf dixièmes) sans jamais avoir la tentation d’en violer une seule ?

 

A moins que l’islam, ce soit la charité ? Non, car toutes vos œuvres caritatives soutiennent le terrorisme. Après le tsunami dévastateur de 2004, les victimes, la plupart musulmanes, ont reçu dix fois plus d’aide financière du Dar el-Harb que du Dar el-Islam.

 

Mais alors, qu’est-ce donc que l’islam ? Qu’a donc apporté Mohammad au monde, qui n’aurait pas été connu avant qu’il déclare être un prophète ? Le monothéisme avait déjà été découvert par les Juifs des millénaires avant lui. Adorer un mortel à la place de Dieu était déjà pratiqué par les chrétiens plusieurs siècles avant que Mahomet ne parvienne à devenir une divinité assoiffée de sang. Qu’y trouve-t-on d’autre ?

 

Ayant lu le Coran et les Hadiths bien avant que vous ne me l’ayez suggéré, je dois vous dire que la lecture des textes sacrés des musulmans n’est pas le meilleur moyen, pour quelqu’un de l’extérieur, d’acquérir une compréhension pratique de votre religion. Si je voulais vous permettre de mieux comprendre ce qu’a été le nazisme ou le communisme, je ne vous proposerais jamais de commencer par lire Mein Kampf ou Das Kapital. Je vous demanderais plutôt de considérer les atrocités commises par les nazis pendant la Seconde guerre mondiale ou les atrocités commises par les communistes partout où ils sont arrivés au pouvoir. Et si, ayant appris ce qu’ont fait les nazis ou les communistes, vous décidiez de savoir de quelle façon ils justifiaient leurs crimes, alors la lecture de leurs textes de propagande pourrait vous le permettre. Autrement, inutile de plonger tête la première dans la fosse d’aisance, même si vous êtes curieuse d’en goûter le contenu.

 

Pour comprendre ce qu’est l’islam, il n’est pas nécessaire de lire le Coran. Il suffit de regarder attentivement et sans jugement préconçu à quoi ressemble la vie dans les pays musulmans ; ou mieux encore, ce qu’est à notre époque la forme d’islam la plus pure, la moins corrompue par l’influence occidentale. Vous admettrez, je pense, que c’est précisément ce qu’était le régime des Talibans en Afghanistan. Aimeriez-vous vivre en Afghanistan sous les Talibans ? Aimeriez-vous que dans votre famille, les femmes soient privées de toute possibilité d’aller à l’école, d’avoir un métier, de se promener dans les rues, de consulter un médecin quand elles sont malades ? Cela vous plairait-il d’assister à des exécutions publiques ? Aimeriez-vous participer à la lapidation d’une femme adultère ? Aimeriez-vous qu’on vous dise quelle tenue vous devez porter, quelle longueur de barbe ? Aimeriez-vous que l’État vous prive de tout ce qui pourrait subsister de votre intimité en se mêlant de chaque aspect de votre existence ?

 

En tant que musulman, vous aimeriez sans doute cela. Mais en tant que personne raisonnable, vous ne devriez pas vous attendre à ce que des gens appartenant à d’autres cultures désirent cela pour eux aussi.

 

Pour ma part, j’ai commencé à me familiariser à l’islam à partir non pas d’une lecture de ses textes, mais d’une expérience de vie dans un pays musulman. J’ai décidé de lire le Coran le jour où j’ai entendu dire que selon la croyance islamique, Dieu avait transmis à Moïse non pas la Torah mais le Coran et que, par la suite, c’étaient les Juifs maléfiques qui avaient réécrit le livre saint. J’ai alors commencé à lire le Coran avec curiosité. Je voulais découvrir l’autre vision de la Genèse, de l’Exode, du Lévitique, des Nombres et du Deutéronome. J’étais curieuse de voir si les musulmans avaient l’équivalent des Psaumes ou du Cantique des cantiques.

 

Quelques années auparavant, j’avais connu une période de fascination pour l’histoire et la politique de la Russie. La Russie est le plus grand pays au monde, et probablement le pays le plus riche en ressources naturelles. Je voulais savoir comment les Russes s’y étaient pris pour devenir une des nations les plus misérables de la planète. J’ai cherché les réponses chez Lénine. J’espérais trouver dans ses écrits une vision monumentale de la grandeur et les indices des erreurs ayant empêché que cette grandeur se réalise. Au lieu de cela, je suis tombée sur des volumes entiers de chamailleries avec des adversaires idéologiques, des rapports détaillés de disputes qui avaient pris fin plusieurs décennies avant ma naissance et qui ne pouvaient plus intéresser personne aujourd’hui.

 

nullMon expérience du Coran a été similaire. J’y ai trouvé non pas une vision du monde différente, mais une hargne écumante contre les juifs et les chrétiens et des syllogismes peu profonds tendant à prouver que les patriarches du peuple juif étaient des musulmans et non des juifs. Allah, dans ce livre, apparaît comme un chef de tribu peu sûr de lui essayant désespérément de consolider son pouvoir sur des gens qui ne sauraient pas très bien s’ils doivent ou non se soumettre à sa volonté : c’était précisément la situation dans laquelle se trouvait Mohammad quand il entreprit le projet d’écrire le Coran. Ce livre est rempli de promesses adressées à ses adeptes et de menaces adressées au restant du genre humain.

 

Et voici quel est le plus important détail qui distingue le Coran de la Torah et du Nouveau Testament. De même qu’il ne mentionne jamais Jérusalem, le Coran ne comporte pas une seule référence aux Dix Commandements. Toutes les religions que je connais définissent le bien et le mal dans les rapports entre le croyant et les autres, qu’ils appartiennent ou non à la même religion. Chez les juifs et les chrétiens, les Dix Commandements constituent l’aide la plus fondamentale pour distinguer le bien et le mal. Qu’en est-il chez les musulmans ? Leur seule mesure du bien est la loyauté envers leur prophète.

 

Coran, 3.110 :

 

Vous êtes la meilleure communauté qui ait jamais été donnée en exemple pour l’humanité. En effet, vous recommandez le Bien, vous interdisez le Mal et vous croyez en Dieu.

 

Sachant que la bonne conduite est un mensonge et que l’interdiction des actes immoraux est une pure hypocrisie, que reste-t-il ? Qu’est-ce qui fait de vous « la meilleure communauté qui ait jamais été donnée en exemple pour l’humanité », exactement ? A-t-on déjà vu un Newton musulman ? Un Shakespeare musulman ? Un Mozart musulman ? Une Mère Teresa musulmane ? Vous pouvez sans doute me citer les noms de quelques musulmans qui, comme al-Khawarizmi, ont su briller à l’âge des ténèbres. Mais dès que le Dar el-Harb a progressé, le Dar el-Islam s’est trouvé incapable de produire ne serait-ce qu’un seul personnage d’importance mondiale, à l’exception d’une grande diversité de Kadhafi, de Saddam, de ben Laden, d’Arafat et autres Hitler d’envergure variable.

 

Un des leaders musulmans les plus respectés de notre époque, l’ancien Premier ministre de Malaisie Mahathir Mohammad, a fait un remarquable aveu dans son discours d’adieu :

 

« Nous avons besoin pour notre défense, de fusils et de missiles, de bombes et d’avions, de tanks et de vaisseaux de guerre. Mais comme nous n’avons pas encouragé l’apprentissage de la science et des mathématiques, comme nous n’avons pas œuvré pour la renaissance, nous sommes actuellement incapables de produire nos propres armes pour notre défense. Nous devons acheter nos armes à nos adversaires et à nos ennemis. »

 

Ce qui est remarquable, c’est qu’un des leaders musulmans les plus respectés, comme on peut le voir clairement, n’ait aucune idée de ce que peuvent être les motivations des habitants du Dar el-Harb. Il ne pourrait jamais croire que notre force militaire apocalyptique (et, en raison de la lâcheté de nos gouvernants, absolument inutile) puisse n’être qu’un effet secondaire de notre insatiable curiosité vis-à-vis de la création divine. Par ailleurs, il reconnaît par inadvertance que sa propre religion n’est rien d’autre qu’un culte de la mort.

 

 Et c’est la raison pour laquelle je continue de conseiller à tous mes interlocuteurs la lecture du Coran et des Hadiths, afin qu’ils puissent se rendre compte par eux-mêmes que l’islam n’est pas « simplement une autre religion » mais une idéologie du djihad, et que le djihad n’est pas un conflit intérieur du musulman en quête de perfection spirituelle, mais un génocide en cours depuis quatorze siècles au nom d’un faux prophète.

 

Au passage, le mot arabe islam ne signifie pas « paix » mais « soumission ». Connaissez-vous la différence entre ces deux notions ?

 

Tout cela étant dit, je dois ajouter que je comprends que votre courrier était sincère et inspiré par des motifs louables. J’y répondrai par une suggestion sincère : lisez la Torah. N’ayez pas peur : cela ne fera pas de vous un Juif, pas plus qu’écouter Bach ne ferait de vous un compositeur. Mais cela pourrait vous apporter ce dont vous avez si désespérément besoin : une vision différente de l’univers.

 

Que vous soyez guidé là où vous voudrez l’être.

Bien sincèrement,

Y.S. 



Yashiko Sagamori est consultante en informatique à New York. 


© 2006 - Yashiko Sagamori - http://middleeastfacts.com/yashiko/ 
© 2009 - Marcoroz pour la traduction

Partager cet article

Repost 0
Published by Marcoroz - dans Éthique et Morale
commenter cet article

commentaires

Jean Roche 12/02/2015 17:55

Bonjour,
Les appréciations les plus éloquentes et les mieux informées sur l'Islam sont celles des gens qui l'ont quitté, qui le connaissent de l'intérieur et de l'extérieur. Voir (j'affirme que c'est
représentatif) http://daruc.pagesperso-orange.fr/divers/islamex.htm

Trumpeldor 30/08/2009 22:15

islam

vient de aslama soumission et pas de salam paix

Ma definition I SLAM je tape... in shakespeare's language

Marcoroz 30/08/2009 22:19



Bon sang, mais c'est frappant ! Cela me fiche un coup !



Aschkel 13/08/2009 08:32

Quelle superbe réponse !

Le Blog De Marcoroz

  • : Le blog de Marcoroz
  • Le blog de Marcoroz
  • : Un blog ... d'excellente tenue, tant sur le fond que sur la forme ... (Menahem) - Un des meilleurs blogs ... vos articles m'enchantent à chaque fois. (Pascal) - ... une belle plume, une vraie réflexion ... (Feenix) - ... rigueur, concision, et pas de langue de bois. (Spqr) - ... une œuvre de salubrité publique ... (Stella) - ... des idées et une approche intéressantes ... (Roland) - Beau, frais, lumineux comme ces rayons de soleil au matin ... (Pierre)
  • Contact

Libérez Pollard !

 Jonathan Pollard

Archives

עם ישראל חי

POUR SION JE NE ME TAIRAI PAS !
POUR JÉRUSALEM JE NE RESTERAI PAS SILENCIEUX ! (Isaïe 62:1)

Marcoroz