Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 novembre 2010 1 15 /11 /novembre /2010 15:36

La censure par l’Autorité de régulation professionnelle de la publicité (ARPP) d’une affiche contre l’abattage rituel fait actuellement l’objet d’une polémique bien curieuse.

Il s’agit d’une campagne à laquelle participent huit associations de protection des animaux. Cette campagne pose effectivement un problème, aussi bien en raison du procédé qu’elle utilise que de la confusion des genres qui la caractérise.

 

L’image d’un enfant pour défendre une cause 

Le procédé qui consiste à émouvoir le public en faisant intervenir hors de propos l’image d’un enfant pour défendre une cause est tristement connu. Un exemple particulièrement condamnable est celui de la vieille accusation de crime rituel dirigée contre les Juifs au Moyen-âge en Europe, mais aussi au XIXe siècle dans le monde arabe et à nouveau en Europe et dans le monde entier depuis une dizaine d’années avec l’affaire Al-Dura.

abattagerituelhalalcashLa campagne que je dénonce ici n’a certes pas de rapport* avec ce genre de menée criminelle, mais elle joue sur le même ressort : apitoyer le public sur le sort d’un enfant comme moyen détourné d’obtenir son adhésion à une cause. Dans la mesure où les promoteurs de cette campagne sont censés défendre la cause des animaux et non pas celle des enfants (sans parler de lutter contre l’islamisation de la société), le moins qu’on puisse dire est que le procédé est extrêmement douteux.

 

Imposer à un enfant, qu’est-ce à dire ?

L’idée qu’on « imposerait » à des enfants une nourriture halal ou cachère (cette orthographe est plus légitime que « casher » car nous sommes en France) est absurde. L’enfant ne choisit pas lui-même sa nourriture, ni à la maison ni dans un contexte collectif comme la cantine. Il mange ce que ses parents ou la cantine lui donnent, le choix est fait pour lui. En général, il ne choisit pas non plus la marque de ses couches ni de ses sous-vêtements. Pour le vacciner, on ne lui demande pas non plus son avis. 

A fortiori, l’enfant n’a pas la maîtrise des processus par lesquels la viande arrive dans son assiette. D’ailleurs  tout indique que si l’occasion leur était donnée de découvrir ces processus, la plupart des enfants refuseraient dorénavant d’en manger. Je ne parle pas de la viande halal, mais de la viande en général.

Il est exact que de plus en plus de cantines scolaires servent de la viande halal, mais la viande cachère n’est servie nulle part ailleurs que dans les écoles juives. Certaines parties des animaux abattus selon le rite judaïque se retrouvent sur le marché traditionnel de la viande (dont elles représentent une part négligeable), mais parler de « casher » n’est pas approprié : cette viande ne sort de la filière cachère que parce qu’elle ne l’est pas.

Par ailleurs, dire qu’on « impose » à des enfants du halal ou du cachère, c’est un peu comme si je disais qu’au cours de mon enfance, on m’a « imposé » le calendrier chrétien et des fêtes qui ne correspondaient pas à ma religion.

 

Ce qui est condamnable

09-09-12 011J’ai surtout souvenir que, dans mon enfance, on m’ « imposait » non seulement certaines viandes que je n’aimais pas, mais aussi le concombre et la betterave, alors que je ne supportais ni l’un ni l’autre. Bizarrement, des gens qui affirment que l’homme est omnivore ont du mal à comprendre que la variété de ce régime est précisément ce qui doit permettre à l’individu de choisir en fonction de ses propres attirances. Obliger un enfant à manger ce qu’il n’aime pas, voilà ce qui est surtout condamnable.

Dans la campagne en question, il me semble que l’idée de départ est de lutter contre une forme d’abattage réputée cruelle, celle qui consiste à égorger l’animal sans étourdissement préalable. L’étourdissement préalable se révélant incompatible avec les prescriptions du judaïsme et de l’islam, les associations de protection des animaux sont amenées à demander l’interdiction des abattages rituels. Ce faisant, elles sont confrontées à deux écueils.

 

Deux écueils pour les défenseurs des animaux

D’une part, faire campagne contre l’abattage rituel parce qu’il serait particulièrement cruel revient à admettre que du point de vue de la protection des animaux, l’abattage non rituel, avec étourdissement préalable, est acceptable. Une telle campagne signifie qu’on lutte contre certaines exceptions ou certaines dérives au sein de l’industrie de la viande, plutôt que contre cette industrie même ou contre ses pratiques courantes.

Rappelons, au passage, que l’abattage rituel musulman aussi bien que l’abattage rituel juif ont été conçus pour épargner la souffrance à l’animal, en des temps où l’étourdissement préalable n’existait pas.

Or, des enquêtes menées par One Voice montrent que l’abattage non rituel est également cruel en pratique. Si l’on veut lutter contre la cruauté, il faut s’abstenir de consommer de la viande… et des laitages (selon Gary Francione, il y aurait encore plus de souffrance animale dans un verre de lait que dans 500 g de steack).

D’autre part, en adoptant une telle démarche, les défenseurs des animaux risquent de se retrouver sur le terrain du militantisme anti-religieux, et qui plus est, de viser une ou deux religions en particulier. Dès lors, ces associations ne sont plus à leur place. On se souvient de certaines déclarations pas toujours bien inspirées de Brigitte Bardot, et si j’ai tenu à lui rendre hommage dernièrement, je ne peux aujourd’hui que dénoncer cette nouvelle dérive à laquelle elle est associée.

 

Des motivations troubles 

09-26-Animaux-001b.jpgCette campagne met en évidence les motivations troubles de certains militants et de certaines associations de protection des animaux. À ce propos, il convient de distinguer les protecteurs des animaux et les promoteurs des droits de l’animal. Les premiers se soucient, en principe, du bien-être des animaux, mais ils ne remettent généralement pas en question le statut que notre société leur réserve car ils croient à la supériorité de l’espèce humaine. Au contraire, les promoteurs des droits de l’animal, ou pour faire simple les antispécistes (parmi eux, Gary Francione et des associations comme One Voice ou Sea Shepherd, et l’auteur de ces lignes), considèrent que les humains n’ont aucun droit sur les animaux. Les initiateurs de la campagne dont il est question ici, entre autres la Fondation Brigitte Bardot, appartiennent essentiellement à la première catégorie et non à la seconde.

Quant on contemple l'affiche incriminée, on se demande si cette campagne dénonce la cruauté envers les animaux ou la pénétration de l’islam dans notre société. Le moins qu’on puisse dire est qu’on mélange les genres. Il existe en ce moment une campagne contre la généralisation de la nourriture halal dans les cantines des écoles publiques et ailleurs, mais elle ne devrait pas concerner les défenseurs des animaux.

 

Une incitation à la haine

Dans un restaurant comme dans une institution publique, généraliser le halal, c’est introduire une religion. Il est donc normal que les défenseurs de la laïcité protestent. Mais pour ne pas faire trop anti-musulman on mentionne aussi le cachère.

Les promoteurs de cette campagne font de même. C’est ainsi que l’association Stéphane Lamart, par exemple, dénonce « la généralisation, en France, de l’abattage rituel (Halal et Casher) ». Or l’abattage halal et l’abattage cachère sont toujours séparés et il n’y a aucune généralisation en France de l’abattage cachère.

Et tout cela aboutit à une affiche qui est propre à attiser la haine contre les musulmans et les Juifs.

 

De qui se moque-t-on ?

Il n’est donc pas surprenant que cette campagne soit récupérée par l’extrême droite. Je me désole de constater qu’elle est récupérée également par les néoconservateurs et par les chefs de file de la défense de la laïcité et des valeurs de la République.

Faut-il le rappeler, c’est du côté de l’extrême droite mais aussi du côté des souverainistes et des néoconservateurs que se concentrent généralement les plus ardents défenseurs des traditions les plus barbares de notre société, comme la chasse – et notamment la chasse à courre – et la corrida.

Promouvoir la viande de porc, servir une « soupe au cochon », organiser ou participer à des apéros géants avec du saucisson, alors que les conditions de vie des porcs, élevés en batterie dans un enfer permanent, sont particulièrement cruelles...

...et après cela, oser dénoncer la cruauté de l’abattage rituel ?

Quel culot !

Et ce sont les mêmes qui vont s’empiffrer de foie gras à Noël !

Quelle hypocrisie !

 

* Au temps pour moi, il y a un rapport : De l'enfant Al Doura aux animaux... (Shmuel Trigano)  

 

P.S.: Pour un excellent complément à mon article, voir aussi :

 Des animaux maltraités et bien mal défendus... (Florence Bergeaud-Blackler) 

 La Fondation Brigitte Bardot est malhonnête (Mendel Samama)

 De l’enfant Al Doura aux animaux... (Shmuel Trigano)

Partager cet article

Repost 0
Published by Marcoroz - dans Pan dans les dents
commenter cet article

commentaires

Redomier 18/02/2012 23:21

Il est complètement stupide de taxer l’Europe d’antisémite alors que ses penchants politiques sont plutôt arabophiles . On le voit bien à propos d’Israël et de la sympathie de cette Europe pour les
agresseurs palestiniens .

Après tout, pourquoi serait ce outrancier ,ou de l’ordre du reniement ou de l’apostat que de réformer des règles apparues à une époque si lointaine , si violente ? Rappelons nous de celle ,
théorique certes ,qui concerne la femme adultère susceptible d’être mise à mort par lapidation ....Pourquoi ne serions nous pas , nous aussi, dans l’erreur et dans l’excès ? Pourquoi ne mériterions
nous pas quelques réformes ? Serions nous si orgueilleux que nous n’accepterions pas la critique si elle est juste et nous permet une perfectibilité conforme à l’évolution humaine dans ses aspects
humanistes , de compassion à l’égard de ce qui vit ? N’y a t il pas , d’ailleurs , un bœuf dans la fable de Hatgadia ?

J’aurais attendu qu'à l’occasion d’un exposé sur la cacherout , il soit question aussi des prix pratiqués . Car de nombreux Juifs , nous avons aussi des pauvres, habitant des quartiers défavorisés
, ne vont plus dans les boucheries cacher mais plutôt dans ....les Hallal _J’en ai rencontré _ et contribuent même ,ce faisant , au trésor de guerre du Hamas et des Salafistes alors que leur aide
devrait se porter en direction de nos frères ,les nouveaux sionistes , ceux qui sont aux avant postes ....en Judée Samarie .

Nous avons , nous aussi , des commerçants cupides qui ne pensent qu’à multiplier leurs points de vente ,acheter , si ce n’est déjà fait , la B.M.W. pour la fille , la Mercedes pour le garçon , de
nouveaux bijoux pour madame ,des habits pour le toutou,

Ces zigotos ,collés aux milieux communautaires comme des tiques ,ne sont pas si soucieux que cela de la pérennité du Judaïsme ;si les gens ne peuvent plus acheter leur viande pas très rouge
d’ailleurs , en général plutôt à base de dinde et de poulet , qu’à cela ne tienne , ils iront vendre des fringues ,des casse -croutes ,n’importe quoi ...

La cupidité de ces commerçants , dans le passé , a été cause partielle d’antisémitisme ;maintenant , elle pourrait éloigner du Judaïsme toute une frange de la communauté d’autant qu’en plus de la
cherté des prix , ces gens font régner une ambiance de "Kabbod " , c’est à dire de respect , d’égards et de rang ,qui se mesure à l’aune des dons pratiqués pas souvent dans la discrétion (vente aux
enchères ).

Cette atmosphère de " m’as tu vu ? "s’est installée dans certains quartiers riches , dans le 16ème parisien , à Deauville ou à Juan Les Pins , concerne une bonne partie des Sépharades (dont je suis
issu ), toutes origines confondues , sous des formes et à des degrés divers .

Le grand rabbin Gilles Bernheim , s’est engagé dans son discours d’intronisation , à remédier à cet état de choses du cacher , selon moi pernicieux ,mais il n’a pas l’air d’en prendre le chemin

Et pourtant l’une des leçons de Pessah ,fête reposant sur l’élan indomptable à la liberté se fondant dans l’appel de l’Eternel ,nous indique la voie :la liberté sans l’anarchie mais dans le sens
d’un des attributs du Tout puissant ,une liberté dans un cadre juif sans remettre en cause des institutions qui ont fait la preuve de leur utilité mais une liberté expurgée de ses scories ,celle du
fric restant une idole permanente , celle de l’orgueil et des honneurs tous azimuts ,de la puissance passagère

Toutes scories dérisoires au regard de notre certaine et incontestable finitude .

Redomier 18/02/2012 23:19

L’égorgement public , en famille , lors d’une fête d’un mouton , comme cela se passe dans le milieu musulman , rend les témoins avec le temps et la répétition ,quelque soit leur âge , insensibles à
la vue du sang, et à la souffrance d’une pauvre bête qui se débat ; tuer un mouton ou un humain ,cela peut devenir KIF KIF.

Précisons que l’animal est égorgé en hallal à savoir AVEC ALLER ET RETOUR de la lame jusqu’au décollement de la tête de la pauvre bête _Et cela est horrible , laisse muet , parasite toute réflexion
concrète et détaillée ,me semble t il ,et laisse la place à la question "plus rationnelle" , moins "émotive " de la souffrance animale . Or cela ne se pose pas dans l’abattage juif_ et ce devant
tout le monde y compris devant les gosses pour bien tremper leur caractère et les adapter à cette violence

Violence à laquelle ,hélas ,quiconque s’habituerait. Surtout dans une ambiance de fête et de convivialité.

Voulant y participer ,aller plus loin .

Rappelons nous de l’exécution de Daniel Pearl ,certes où le mot de " Bismula " a été prononcé ce qui n’a en rien diminué la barbarie de l’acte .

Hélas, ce formatage d’individus( innocents à leur naissance ,en général) qui en fait des cruels ,des barbares au besoin des prédateurs si leur culte sacré les y engage ,c’est ce fichu Coran
homophobe qui soit les pousse au djihad, soit ne les éduque pas dans un sens d’humanisme et de compassion,

C’est ce Coran qui en est responsable.

Et que tout intellectuel musulman devrait s’attacher ,avant de cultiver toute chimère, à réformer

Redomier 18/02/2012 23:16

J’ai toujours appris ,en tant que juif, que les règles d’abattage de la Shrita répondaient à un critère : ne pas faire souffrir l’animal comme si les concepteurs de la loi étaient parvenus ,dans
leur sagesse très juive, à l’idée que si on se permet d’autorité ,parce qu’on est LE PLUS FORT, de façon arbitraire ,de supprimer la vie d’un être vivant, en l’occurrence animal ,

On ne pouvait EN PLUS lui occasionner la moindre souffrance .

Or qui est autorisé à parler de souffrance , de façon plus crédible que d’autres sinon la profession des vétérinaires ,les gens les plus proches des animaux ,puisque leur vocation est quand même de
les soigner .Or ces gens disent :

"La campagne, relayée par un site internet (abattage rituel.fr), est soutenue par la Fédération des vétérinaires d’Europe, qui signe en bas de l’affiche : "Du point de vue de la protection des
animaux et par respect pour l’animal en tant qu’être sensible, la pratique consistant à abattre les animaux sans étourdissement préalable est inacceptable, quelles que soient les
circonstances".

Le fait que le conseil de l’ordre ait été mis en place par Vichy ne suffit pas à le mettre en cause car dans ce cas , il faudrait mettre en cause tous les conseils de l’ordre , à commencer par
celui des médecins .

Certes , on peut comprendre que la bête soit saignée ,vidée de son sang mais

1°)Inutile de lui sectionner à vif, la tête , ce que font de façon barbare les musulmans (en plus lors de fêtes en présence de jeunes enfants .....)

2°)Il est possible de la saigner après l’avoir abattue de la façon la "plus légère " la plus "humaine " comme cela se pratique dans les abattoirs européens par TOUT MOYEN pour l’étourdir ,bien sûr
que ce soit par l’usage d’une tige ou de tout accessoire possible .Il est certes cynique de dire que la bête ne mourra pas par l’effet d’une caresse.

Et le fait , par ailleurs qu’on fasse souffrir des bêtes, qu’on les chasse, qu’il y ait des corridas ou des combats de coqs ,ne peut pas servir d’argument pour laisser perdurer ces pratiques quand
même barbares car ,en tant que juifs, nous devons rejeter la rhétorique et le sophisme qui sont un déni de l’esprit du Judaïsme

XX 29/06/2011 06:26


Les rites hallal et casher sont des pratiques d'un autre age qu'il faut combattre de toutes ses forces jusqu'à leurs interdictions définitives
Il ne peut y avoir le moindre comprimis
Je vous voir ceux qui pratiquent ça à la place des animaux


Marcoroz 29/06/2011 10:04



Et la tradition qui, jusqu'il y a peu, consistait à "tuer le cochon", dans certaines campagnes françaises, c'était mieux ? Et les corridas, vous militez pour leur abolition ?


 


Ah, l'abattage industriel, avec des équipements motorisés et électrifiés, c'est moderne, c'est beau ! Surtout avec ces innombrables "ratés" qui sont quotidiens. Avec les moutons qui courent
en rond pour tenter d'échapper aux électrodes, et qui, mal étourdis, sont conscients au moment où on les égorge en toute modernité ! Moi, j'aimerais voir ceux qui pratiquent ça à la place des
animaux.


 


Plus sérieusement, j'en vois un certain nombre qui tentent de déguiser leur haine des religions, quand ce n'est pas une haine des Juifs et des Arabes, derrière une apparente sensibilité pour les
animaux : ils ne sont tout simplement pas crédibles.


 


Si l'on veut lutter contre la cruauté - à supposer que ce soit vraiment la motivation de l'auteur de ce commentaire (je ne sais pas pourquoi mais j'ai quelque doute) - alors il faut militer pour
l'abolition des abattoirs en général, et cela commence par cesser au moins de consommer de la viande.



Dave 24/11/2010 14:12


Ce n'est pas ce que je veux dire. C'est sûr quelqu'un qui est prêt à payer pour la chasse aime cela. Ce que je veux dire, c'est que l'ONC et l'ONF sont bien contents de trouver des gens pour
réguler le gibier.

Après, même si on me payait, ce n'est pas moi qui irait chasser. Je préfère de loin me balader en forêt avec mon chien et voir les animaux passer de temps en temps par devant nous.


Marcoroz 24/11/2010 14:19



Se balader dans la nature avec un chien est un bonheur rare. Je peux en témoigner.



Le Blog De Marcoroz

  • : Le blog de Marcoroz
  • Le blog de Marcoroz
  • : Un blog ... d'excellente tenue, tant sur le fond que sur la forme ... (Menahem) - Un des meilleurs blogs ... vos articles m'enchantent à chaque fois. (Pascal) - ... une belle plume, une vraie réflexion ... (Feenix) - ... rigueur, concision, et pas de langue de bois. (Spqr) - ... une œuvre de salubrité publique ... (Stella) - ... des idées et une approche intéressantes ... (Roland) - Beau, frais, lumineux comme ces rayons de soleil au matin ... (Pierre)
  • Contact

Libérez Pollard !

 Jonathan Pollard

Archives

עם ישראל חי

POUR SION JE NE ME TAIRAI PAS !
POUR JÉRUSALEM JE NE RESTERAI PAS SILENCIEUX ! (Isaïe 62:1)

Marcoroz