Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 août 2012 7 12 /08 /août /2012 14:30

J’avais été recruté comme consultant, sans vraiment connaître la signification de ce mot, par une société d’informatique et de télécommunications, appelons-la Foutretech. Suite à un accident, je m’étais présenté à l’entretien avec un bras dans le plâtre, subodorant que cette touche d’originalité involontaire jouerait en ma faveur. Plus inattendu, mes interlocuteurs, le DG et son bras droit (si j’ose dire), insistèrent pour que j’écourte mon arrêt maladie : il fallait commencer au plus vite à travailler sur un projet qui démarrait. Peu importait que je ne puisse pas tenir un stylo pendant les premières semaines.

Le projet en question concernait une banque suisse (appelons-la la Compagnie Vaudoise de Banque). Le jour de mon entrée en fonction, on m’informa d’un retard. Autant dire qu’on m’avait recruté pour me mettre en chômage forcé. Ce qui n’empêcha pas le DG, à la sortie d’une réunion qu’il avait l’habitude d’organiser délibérément entre 18h et 19h, de se montrer désagréablement surpris de me voir quitter les lieux à 19h10 plutôt que de me réinstaller dans mon bureau.

Bureaux-a-louer.jpgQuand le projet sembla enfin démarrer, j’étais censé me familiariser avec un logiciel de gestion pour aller ensuite aider les clients suisses à le paramétrer. On m’envoya à Lausanne en compagnie de mon supérieur hiérarchique direct, appelons-le Fabrice, et d’un consultant de la société qui produisait le logiciel : un jeune Allemand, appelons-le James. Je ne comprenais pas bien pourquoi nous devions y aller à trois, ni quel rôle Foutretech allait jouer, puisque l’éditeur du logiciel lui-même, notre « partenaire », était de la partie. Sur place, ma perplexité ne fit que croître. Le logiciel n’avait rien de sorcier ; en outre, notre principal interlocuteur, un trentenaire, avait une excellente maîtrise de l’outil informatique.

Au cours de la réunion, pendant que James présentait en détail le logiciel, je ne cessais de me demander à quoi nous servions, Fabrice et moi. Une fois la présentation de James terminée, mon sentiment avait atteint son paroxysme. C’est alors que Fabrice prit la parole pour demander au client : « À ce stade, qu’est-ce que Foutretech peut vous apporter ? » J’en eus le souffle coupé. Le Suisse lui répondit aussi sec : « Eh bien, je vous dirai franchement qu’à ce stade, je n’ai pas besoin de Foutretech. »

Trois ou quatre semaines plus tard, passées à faire semblant de travailler et à tourner en rond, Fabrice décida de lui-même qu’un deuxième voyage à Lausanne, à deux, serait opportun. James n’en serait pas : il s’était disqualifié la dernière fois aux yeux du client en terminant son exposé par un cas pratique dont le thème était la grande distribution, et non la banque : erreur fatale ! Par ailleurs, nos « partenaires » avaient tendance à nous ridiculiser aux yeux de nos clients communs, ce qui avait peut-être aidé Fabrice à prendre conscience de la redondance.

Ma foi, j’étais content à nouveau de prendre le large et de retrouver le plaisir du voyage en TGV, du dépaysement, de l’hôtel luxueux et des petits gâteaux. J’éprouvais tout de même une certaine gêne, car je ne comprenais toujours pas à quoi rimait cette mission. Au retour, je sus que les Suisses non plus n’avaient pas compris. À ce stade, sans doute, ils n’avaient toujours pas besoin de Foutretech. Comme par une réaction en chaîne, mes supérieurs décidèrent alors que Foutretech n’avait pas besoin de moi.

L’autre jour, j’ai discuté avec un informaticien qui m’a expliqué la logique du recrutement dans les sociétés de services informatiques : on recrute des ingénieurs et des consultants (quitte à ne pas les garder) non pas pour des besoins tangibles, mais pour montrer à ses actionnaires qu’on embauche, que la société se développe (puisqu’elle embauche)… Le reste est à l’avenant.

On n’a jamais fini de s’instruire sur ses propres expériences du passé.

Partager cet article

Repost 0
Published by Marcoroz - dans Un monde de fous
commenter cet article

commentaires

Big Bad Pete 27/11/2012 16:58

ahlalalalaaaah...
Je suis négociant en bugs depuis 1989, et j'en ai vu des arnaques par les SSII :
- vendu comme "expert" à mon 1er client, je sortais de la fac, c'est dire si j'étais expert...
- ensuite je devais reprendre un projet qui avait été abandonné. Je l'ai appris en réunion avec le directeur info qui ne voulait pas de moi. Comme par enchantement, il avait changé d'avis 3 jours
après; et je suis resté chez le client payé à ... me former, à défaut de bosser !
Etc...
C'est le syndrome du garagiste ou du plombier puissance 10. Les gens n'y comprennent rien et les SSII les entourloupent...

Marcoroz 29/11/2012 22:52



Merci pour ce témoignage !



Miss caustic 12/08/2012 20:01

Un commentaire intelligent,je ne sais pas, mais avoir à faire à des t.... du ..., c'est de plus en plus courant. J'entends par là des individus qui ne respectent ni le fait que peut-être leurs
employés ont envie d'avoir ne fusse que l'impression d'être utile, ni que ces mêmes employés sont des êtres humains et pas des pions.Je méprise ces chefs et autres patrons qui ne reculent devant
rien pour arriver à leur petite fin. Petite comme leur âme.

Marcoroz 12/08/2012 21:17



J'en aurais d'autres à raconter, sur mes mésaventures dans les entreprises et sur le comportement minable de certains supérieurs hiérarchiques. Cela pourra faire l'objet de plusieurs autres
articles.



Le Blog De Marcoroz

  • : Le blog de Marcoroz
  • Le blog de Marcoroz
  • : Un blog ... d'excellente tenue, tant sur le fond que sur la forme ... (Menahem) - Un des meilleurs blogs ... vos articles m'enchantent à chaque fois. (Pascal) - ... une belle plume, une vraie réflexion ... (Feenix) - ... rigueur, concision, et pas de langue de bois. (Spqr) - ... une œuvre de salubrité publique ... (Stella) - ... des idées et une approche intéressantes ... (Roland) - Beau, frais, lumineux comme ces rayons de soleil au matin ... (Pierre)
  • Contact

Libérez Pollard !

 Jonathan Pollard

Archives

עם ישראל חי

POUR SION JE NE ME TAIRAI PAS !
POUR JÉRUSALEM JE NE RESTERAI PAS SILENCIEUX ! (Isaïe 62:1)

Marcoroz