Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 septembre 2012 6 29 /09 /septembre /2012 20:08

On peut distinguer trois types de journalistes : les initiés, les idéologues et les crétins. Naturellement, ce ne sont pas trois catégories complètement distinctes. On peut être à la fois un initié et un idéologue. On peut être à la fois un idéologue et un crétin. Il se peut aussi que certains journalistes n’appartiennent à aucune de ces trois catégories.

Les initiés

Les initiés (selon le mot de Guy Birenbaum*) savent un certain nombre de choses, mais ils n’en disent pas un mot au public, surtout à la télé. De temps à autre, ils s’amusent à publier un livre dans lequel ils en disent un peu plus. Ils livrent au public quelques « secrets », mais ce n’est que pour mieux dissimuler l’essentiel.

Les initiés, ce sont des journalistes comme Alain Duhamel, Christine Ockrent ou Claire Chazal.

Les initiés savent que telle de leurs collègues a fait carrière en couchant avec tel et tel, que le président de la République a un enfant « illégitime », etc.

Plus intéressant, ils savent que ce sont les États-Unis qui ont renversé le Shah et installé les mollahs au pouvoir en Iran. Ils savent que c’est l’administration Obama qui est derrière la chute de Ben Ali, de Kadhafi et de Moubarak. Ils savent que le résultat funeste de ces événements est précisément celui escompté. Ils savent que Paris fait où Washington lui dit de faire. Ils savent que nos gouvernants négocient avec les terroristes. Ils savent que la France est responsable du génocide qui a eu lieu au Rwanda en 1994. Ils savent qu’Israël respecte la résolution 242, et que c’est la partie arabe qui ne la respecte pas. Ils savent que l’affaire Al-Dura est une mise en scène. Ils savent que la campagne électorale de Sarkozy, en 2007, avait été financée par Kadhafi.

Ils savent généralement tout cela, mais ils savent aussi, comme dit la chanson, que le premier qui dit la vérité doit être éliminé (professionnellement, voire physiquement).

Les idéologues

Les idéologues sont communistes, trotskystes, gauchistes, parfois socialistes. Ils sont tous à gauche. Le journalisme est pour eux un moyen de faire du militantisme. Comme la majorité des journalistes français sont de la même tendance, surtout depuis 1981, il y a, sur un certain nombre de sujets, un consensus pour intoxiquer le public.

En 2002, les membres du service politique du journal « Le Monde » s’étaient amusés à organiser entre eux une élection à blanc : ils avaient élu Besancenot au premier tour. Voilà qui donne une idée de la prédominance des idéologues. Ces derniers temps, c’est devenu bien pire encore que dans les années quatre-vingt. Les gauchistes et autres idéologues n’officient pas seulement dans des rédactions comme L’Humanité, Libération et Le Monde : désormais, ils sont aussi au Figaro, au Point et à L’Express.

Les crétins

Les crétins répètent bêtement les dépêches qu’ils reçoivent, parfois sans même les comprendre. Ou bien, ils croient en savoir assez sur un sujet pour pondre un papier, et même, pour nous infliger leur propre position, bien qu’ils soient à la fois incompétents et ignorants.

Les crétins, ce sont des journalistes qui croient vraiment que l’on peut déjà soigner les caries au laser, ou que le traitement hormonal de la ménopause favorise le cancer, ou encore, que la capitale du Koweït s’appelle Koweït-City (je sais, j’avais déjà cité cet exemple).

Il y a quelque temps, en lisant un court article rendant compte de la parution récente de la traduction française d’un ouvrage autobiographique, on apprenait que l’auteur de cet ouvrage l’avait publié en 1947. Il aurait difficilement pu le faire lui-même, étant mort en 1940. De surcroît, s’il avait vécu plus longtemps, aurait-il publié une autobiographie s’arrêtant en 1920 ? Les crétins, c’est cela aussi, des gens qui ne comprennent même pas ce qu’ils écrivent.

Bien évidemment, parmi les non-journalistes, il se trouve aussi des initiés, des idéologues et des crétins. Il se trouve aussi beaucoup de gens qui n’appartiennent à aucune de ces trois catégories. C’est mon cas, en théorie. Je m’efforce cependant de me rapprocher, un tant soit peu, de l’état d’initié. Ce n’est pas facile, surtout quand on n’est ni dans la politique, ni dans le journalisme, mais je me pique d’avoir progressé sur ce chemin. Le secret, c’est de bien choisir ses lectures et de faire preuve d’un recul suffisant par rapport à l’actualité. L’intelligence, la jugeote et l’esprit critique sont aussi indispensables. Une certaine indépendance d’esprit, également. Je dis cela en toute modestie.

 

* Guy Birenbaum, Nos délits d’initiés, Stock, 2003.

Partager cet article

Repost 0
Published by Marcoroz - dans Un monde de fous
commenter cet article

commentaires

Le Blog De Marcoroz

  • : Le blog de Marcoroz
  • Le blog de Marcoroz
  • : Un blog ... d'excellente tenue, tant sur le fond que sur la forme ... (Menahem) - Un des meilleurs blogs ... vos articles m'enchantent à chaque fois. (Pascal) - ... une belle plume, une vraie réflexion ... (Feenix) - ... rigueur, concision, et pas de langue de bois. (Spqr) - ... une œuvre de salubrité publique ... (Stella) - ... des idées et une approche intéressantes ... (Roland) - Beau, frais, lumineux comme ces rayons de soleil au matin ... (Pierre)
  • Contact

Libérez Pollard !

 Jonathan Pollard

Archives

עם ישראל חי

POUR SION JE NE ME TAIRAI PAS !
POUR JÉRUSALEM JE NE RESTERAI PAS SILENCIEUX ! (Isaïe 62:1)

Marcoroz