Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 janvier 2012 4 12 /01 /janvier /2012 19:01

Le jour où j’avais découvert l’image ci-dessous, il y a longtemps déjà, quelque chose m’avait interloqué. Ce quelque chose me dérange toujours, chaque fois que je la contemple.  

ChodowieckiMendelssohn_Wache.jpgCette fois, ce n’est pas de la presse actuelle qu’il s’agit (à propos, personne ne m’a trouvé trop excessif envers les journalistes dans mon article précédent ?)

La scène représentée ci-contre date de plus de deux siècles. La représentation (une gravure) lui est probablement postérieure de quelques années. Je n’en dirai pas plus.

Lecteur, c’est à vous de vous exprimer (pour changer un peu).

Lorsque j’aurai reçu au moins cinq commentaires, j’expliquerai succinctement, en réponse aux commentaires, ce que cette image représente.

Peut-être la connaissez-vous déjà ? C’est possible, mais relativement peu probable.

Ou bien, pouvez-vous identifier le personnage au centre ?

Une fois que j’aurai livré cette information, je solliciterai à nouveau vos impressions.

Ensuite, quand j’aurai reçu à nouveau plusieurs commentaires, j’en dirai davantage sur le contexte, et j’attendrai de savoir ce que cela vous inspire. Nous pourrons échanger nos remarques.

Alors seulement, je révélerai, le cas échéant, la raison pour laquelle quelque chose me rend perplexe quand je contemple cette gravure.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Niatzschoum 19/04/2012 13:31

Ce qui me frappe, c'est la moue antipathique dont Moses Mendelssohn a été affublé par le dessinateur, alors que :
- tous les portraits de Moses Mendelssohn que je viens d'examiner sur Google Images montrent au contraire un homme à l'expression affable
- deux des militaires (les plus hauts gradés) ont des visages souriants, lumineux; par contraste avec la moue antipathique de Moses Mendelssohn, ils apparaissent comme innocents, enfantins,
naïfs.
Il est bien possible que le dessinateur ait eu pour objectif de montrer aux prussiens que même l'armée prussienne avait baissé la garde face aux desseins maléfiques des juifs. L'armée
prussienne
n'était plus un rempart contre le pouvoir des juifs, même ses soldats se prosternaient face aux diables juifs. Le but du dessinateur peut donc bien avoir été de réveiller les consciences
endormies
des prussiens qui en étaient venus à considérer comme l'homme le plus admirable de Prusse un petit juif bossu et antipathique qui apparaît ici comme une anomalie, une aberration de la nature au
milieu de militaires prussiens grands, beaux, sains, c'est-à-dire naturellement supérieurs; cela frappe d'autant plus l'esprit que cette scène se déroule au milieu de la nature. Le juif brise
l'harmonie naturelle.
Un détail : tout dans le dessin de Moses Mendelssohn est sombre, alors que la nature est claire, et tous les autres éléments de ce dessin sont en partie clairs, les militaires inclus, bien
évidemment. Décidément, ce Moses Mendelssohn n'est pas clair ! Je dirais même plus, il est sûrement animé des intentions les plus sombres. Et il circule librement comme le loup au milieu d'un
troupeau de pacifiques moutons !
À noter : les officiers apparaissent comme efféminés par contraste avec le grenadier. Ces être efféminés se montrent aussi courtois que des femmes, alors que le grenadier, au corps musclé, au
visage plus masculin, apparaît lui plus circonspect face à ce manège. Il semble regarder l'officier de gauche de manière dubitative. Et c'est le seul dont l'arme est mise en évidence. Il
apparaît
donc comme l'ultime recours face aux élites prussiennes qui ont visiblement déposé les armes face aux juifs. Le message est clair : seules les baïonnettes de nos braves soldats pourront nous
sauver
du péril juif !
Le message peut apparaître subliminal, tiré par les cheveux, à un homme de l'an 2000, mais à l'époque les gens étaient plus habitués à déchiffrer les allégories des vitraux bibliques, des
peintures, qu'à lire des messages écrits noirs sur blancs, ne sachant pour la plupart pas lire.

Marcoroz 19/04/2012 13:39



Merci pour ces commentaires extrêmement intéressants !


 


En effet, autrefois le public était sans doute plus perspicace.



siméon 15/03/2012 14:31

Et les allemands, et nordiques en général sont grands !

siméon 15/03/2012 14:30

Si il était petit et bossu, ce qui arrive aussi à d'autres, il est représenté comme on le connaissait, alors que les soldats et autres sont anonymes, donc représenté de façon neutre, disons !
Je pensais à un personnage qui s'appellait "Scarron", et qui était laid, petit et bossu, mais très intélligent, et considéré par la cour en France.

Smith 25/01/2012 00:49

So what ?

Marcoroz 25/01/2012 10:25



Bien, disons que cela fait cinq commentaires. Il s'agit donc de Moses Mendelssohn passant la porte de Berlin à Potsdam. Moses Mendelssohn fut de son vivant le plus célèbre philosophe en
Allemagne. Un certain Emmanuel Kant lui écrivait pour lui demander de l'aider à se faire connaître. Sur cette gravure de Daniel Chodowiecki, Mendelssohn présente ses papiers à un officier
prussien, qui a effectivement envers lui une attitude déférente. D'après Françoise Tillard, Mendelssohn était "invité à Potsdam par Frédéric II sur la prière d'un étranger, hôte du roi"
(...) "mais le roi [Frédéric II] ne prit pas la peine de le rencontrer". Ce qui me frappe, c'est le contraste entre Mendelssohn et les officiers, peut-être accentué encore par la perspective et
aussi par la mitre du grenadier. Je ne suis pas sûr que ce soit une caricature. Cependant Mendelssohn n'est pas représenté ici à son avantage, surtout si on compare avec des peintures et
portraits de lui. Il est vrai qu'il était plutôt petit, et bossu. On ne pouvait sans doute pas le représenter sous les traits d'un colosse ni d'un athlète (ce qui n'a pas empêché son célèbre
petit-fils Félix, le compositeur, d'être un sportif accompli, et plutôt bel homme il me semble). Mais quand j'observe cette image tout en ayant en tête ce qui va se passer entre les
Allemands et les Juifs un siècle et demi plus tard, ce contraste entre un petit Juif brun mal bâti et trois Allemands (blonds?) grands et élancés prend une autre dimension. Pour moi, c'est
un peu comme si un non-dit apparaissait en filigrane.


 


Pour le dire autrement, je ne crois pas que l'artiste ait voulu faire une caricature antisémite, et cependant cela y ressemble un peu, comme le prouve le commentaire qu'a écrit Sandrin
en toute innocence.



claude 13/01/2012 13:15

rectification du précédent commentaire : il présente ses papiers à un officier prussien (wikipedia.de) qui a d'ailleurs l'air assez déférent.

Marcoroz 13/01/2012 13:28



Exact.



Le Blog De Marcoroz

  • : Le blog de Marcoroz
  • Le blog de Marcoroz
  • : Un blog ... d'excellente tenue, tant sur le fond que sur la forme ... (Menahem) - Un des meilleurs blogs ... vos articles m'enchantent à chaque fois. (Pascal) - ... une belle plume, une vraie réflexion ... (Feenix) - ... rigueur, concision, et pas de langue de bois. (Spqr) - ... une œuvre de salubrité publique ... (Stella) - ... des idées et une approche intéressantes ... (Roland) - Beau, frais, lumineux comme ces rayons de soleil au matin ... (Pierre)
  • Contact

Libérez Pollard !

 Jonathan Pollard

Archives

עם ישראל חי

POUR SION JE NE ME TAIRAI PAS !
POUR JÉRUSALEM JE NE RESTERAI PAS SILENCIEUX ! (Isaïe 62:1)

Marcoroz