Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 février 2014 1 17 /02 /février /2014 18:00

 


On ne fait la paix qu’avec ses amis.

 

* * * * *

 

Les blogs, ce devrait être comme les voitures : on devrait instituer un permis.

 

* * * * *

 

Entre qui craint de passer pour antisémite et qui ne le craint pas, la seule différence est la crainte.

 

* * * * *

 

Quand on a le sentiment d’être taxé de quelque chose, c’est souvent un problème de perception.

 

* * * * *

 

Bruxelles-Nord, c’est une gare de TGV. Et Jérusalem-Est, est-ce une station de tram ?

 

* * * * *

 

Si admettre qu’il existe des races c’était faire du racisme, alors admettre qu’il existe des religions, ce serait faire de la discrimination religieuse ? Admettre qu’il existe deux sexes, ce serait être sexiste ?

 

* * * * *

 

Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, et je me battrai pour que vous cessiez de le dire.

 

Repost 0
9 septembre 2013 1 09 /09 /septembre /2013 08:32

 

Je ne roule que ma bosse, et je n’ai pas de bosse.

Je ne roule pour personne, car je n’ai pas de boss.

 

* * * * *

 

Faire reculer la délinquance routière ?

Mais d’abord, il faudrait la freiner, puis l’arrêter !

 

* * * * *

 

Faire l’éloge de la diversité,

 et en même temps, promouvoir le métissage ?

 

* * * * *

 

Les chrétiens parlent du Verbe, les juifs parlent du Nom :

 et dans quelle religion parle-t-on de l’Adjectif ?

 

* * * * *

 

« Après vous !  – Je n’en ferai rien. – Alors, restez où vous êtes ! »

 

* * * * *

 

Nous opinons sauf quand nous disons : « Oh, pis non ! »

 

* * * * *

 

Un élu qui ne se laisse pas acheter, il mérite d’être loué !

 

 

Repost 0
26 janvier 2013 6 26 /01 /janvier /2013 14:37

 

Afin de colmater une fuite dans le circuit du système pneumatique de verrouillage des portières de sa voiture (une originalité des Mercedes série W123 des années quatre-vingt), un internaute ingénieux avait utilisé un préservatif.

 

13-01-26-001a.jpgRécemment, j’ai été amené, moi aussi, à trouver une solution originale à un problème rencontré sur ma voiture. Pourtant, il ne s’agissait pas d’une dégradation : la voiture était telle que je l’avais achetée neuve.

 

Lors d’une visite chez mon concessionnaire, j’avais expliqué au chef d’atelier qu’il devait y avoir un défaut de fixation, car avec certaines chaussures, je me prenais les pieds dans le cache qui surplombe les pédales. Armé d’une lampe de poche, il s’était livré à un examen attentif, mais pour conclure que tout était normal.

 

13-01-26.jpgDans un premier temps, je m’étais donc résigné à faire avec, quitte à changer exprès de chaussures pour conduire.

 

Et puis, tout de même, au bout de quelque temps, j’avais fini par aller y voir de plus près. Le cache était effectivement trop bas : sans doute en raison d’une ouverture un peu trop grande, l’ergot censé le maintenir en place ne jouait pas son rôle.

 

13-01-26-003b.jpgJ’ai d’abord pensé à utiliser une baguette pour soutenir le cache, mais je me suis vite rendu compte qu’il était impossible d’y faire tenir un objet rectiligne. Il fallait donc quelque chose de flexible, en même temps assez résistant, et pourvu d’aspérités.

 

J’ai finalement résolu le problème grâce à un rameau de dattes Deglet Nour. C’est la seule solution que j’aie pu trouver, mais elle est efficace. Le bricolage n’est pas très esthétique, mais peu importe, puisqu’on ne le voit pas.

Repost 0
26 décembre 2012 3 26 /12 /décembre /2012 19:55


À
la fin de mon article précédent, j’avais écrit que je me régalais d’avance à l’idée de manger une bûche de Noël sans ingrédient d’origine animale. Hier et aujourd’hui, je me suis régalé pour de bon. J’en connais deux, cependant, qui ont regretté les productions bien crémeuses des pâtisseries plus traditionnelles. Est-ce une question de goût, d’habitude ou de conviction ?

 

Bûche VeganEn fait, cette bûche avait exactement le même goût et la même consistance que les flans au chocolat que je prépare parfois en utilisant des sachets ad hoc, achetés dans un magasin bio, du lait de soja et du sucre de canne. Un jour, invité chez un copain qui organisait une fête, j’en avais apporté un grand plat et j’avais eu le plaisir de voir mon hôte, grand amateur de chocolat et pas végétarien à ma connaissance, en manger une bonne moitié avec gourmandise et délectation.

 

Je ne crois pas que ce soit exactement une question de goût. Le goût se forme, s’éduque, et évolue. Les enfants préfèrent généralement le chocolat au lait industriel, même fade, au meilleur chocolat noir. Il faut une certaine maturité pour apprendre à préférer le chocolat noir, et sans doute davantage encore pour préférer le chocolat noir amer. Ce serait donc plutôt une affaire d’habitude.

 

Et la conviction, quel rôle joue-t-elle exactement ? Peut-on avoir l’eau à la bouche, ou au contraire éprouver un sentiment de répulsion, non pas en raison de l’aspect et du goût du plat ou du dessert en question, mais en raison de ses convictions ? Il me semble que celui qui développe des convictions peut changer ses habitudes en conséquence, et ses goûts par la même occasion. En ce qui me concerne, c’est bien ce qui s’est produit.

 

Mais surtout, dans mon propos, il y avait aussi un paradoxe que personne, apparemment, n’a relevé. En effet, on pouvait comprendre que je me régalais d’avance à l’idée de ce dessert, non pas tant parce qu’il contiendrait du chocolat, par exemple, que parce qu’il ne contiendrait pas d’œufs, pas de gélatine, pas de produits laitiers. En d’autres termes, ce qui me faisait envie et me mettait en appétit n’était pas la présence de quelque chose, mais son absence. 

Repost 0
29 novembre 2012 4 29 /11 /novembre /2012 11:37

 

L’Exode était, à l’origine, une ode.

 

* * * * *

 

Un virtuose, c’est un vertueux qui ose.

 

* * * * *

 

Essayons de vieillir sans en avoir l’air !

 

* * * * *

 

Oui à la différence, même quand le « différent » n'accepte pas la différence ?

 

* * * * *

 

Les cathos qui avaient vaincu les Cathares, les voilà bientôt soumis au Qatar.

 

* * * * *

 

Mais qui donc est ce Ted que certains, paraît-il, voudraient maintenir à part ?

 

* * * * *

 

Aujourd’hui tout le monde veut avoir des droits, jamais des devoirs. Même les écoliers.

 

* * * * *

 

La supériorité numérique n’implique pas la maîtrise des nouvelles technologies.

 

* * * * *

 

Plutôt que la valeur ajoutée, ne devrait-on pas taxer la valeur ôtée ?

Repost 0
1 octobre 2012 1 01 /10 /octobre /2012 15:58

Au commencement, Dieu créa le commencement.

 

* * * * *

  

Les moustiques aussi ont une Bible, dans laquelle il est écrit que Dieu a créé le moustique à son image et lui a donné les humains comme nourriture.

 

* * * * *

 

Celui qui milite contre l’avortement est en bien mauvaise compagnie ; ou bien, il est lui-même la mauvaise compagnie.

 

* * * * *

 

Quand on parle de la Seconde guerre mondiale, les gens atteignent rapidement le point Godwin.

 

* * * * *

 

Œnologie : croire au cru dont la qualité croît, et faire une croix sur le cru dont la qualité décroît.

 

* * * * *

 

Je n’ai pas de compassion pour les criminels, donc je suis contre la peine de mort.

 

* * * * *

 

Si je marche de wagon en wagon, peut-on dire que je vais plus vite que le train ?

 

* * * * *

 

Les anciens sont souvent ceux qui ont le moins d’ancienneté dans la modernité.

 

* * * * *

 

Un musulman modéré, c’est quelqu’un qui est modérément musulman.

 

* * * * *

 

Pas de démocratie pour les ennemis de la démocratie ! 

 

* * * * *

 

L’abus de l’islam nuit gravement à votre entourage.

   

* * * * *

 

Mais où sont les neiges éternelles d’antan ?

 

* * * * *

 

Quand on est mort, c’est pour la vie.

 

* * * * *

 

J’ai le dégoût du sang dans le sang.

 

* * * * *

 

L’urgent ne fait pas le bonheur.

Repost 0
12 janvier 2012 4 12 /01 /janvier /2012 19:01

Le jour où j’avais découvert l’image ci-dessous, il y a longtemps déjà, quelque chose m’avait interloqué. Ce quelque chose me dérange toujours, chaque fois que je la contemple.  

ChodowieckiMendelssohn_Wache.jpgCette fois, ce n’est pas de la presse actuelle qu’il s’agit (à propos, personne ne m’a trouvé trop excessif envers les journalistes dans mon article précédent ?)

La scène représentée ci-contre date de plus de deux siècles. La représentation (une gravure) lui est probablement postérieure de quelques années. Je n’en dirai pas plus.

Lecteur, c’est à vous de vous exprimer (pour changer un peu).

Lorsque j’aurai reçu au moins cinq commentaires, j’expliquerai succinctement, en réponse aux commentaires, ce que cette image représente.

Peut-être la connaissez-vous déjà ? C’est possible, mais relativement peu probable.

Ou bien, pouvez-vous identifier le personnage au centre ?

Une fois que j’aurai livré cette information, je solliciterai à nouveau vos impressions.

Ensuite, quand j’aurai reçu à nouveau plusieurs commentaires, j’en dirai davantage sur le contexte, et j’attendrai de savoir ce que cela vous inspire. Nous pourrons échanger nos remarques.

Alors seulement, je révélerai, le cas échéant, la raison pour laquelle quelque chose me rend perplexe quand je contemple cette gravure.

Repost 0
20 décembre 2011 2 20 /12 /décembre /2011 14:01

 

« Jew or Not Jew » : Juif ou pas juif. C’est le nom (et le thème) d’un site américain qui recense des personnages connus dont il n’est pas toujours évident de savoir s’ils sont juifs ou non, et qui propose pour chacun une réponse argumentée.

 

Il importe de préciser que le site JONJ est plein d’humour et ne se prend pas trop au sérieux. Le « verdict », bien qu’établi sur la base de faits et de données tangibles, ne se veut généralement pas définitif. Par ailleurs, il n’a pas un caractère totalement binaire : le personnage étudié pourra être étiqueté comme juif ou comme non juif, mais aussi, comme « difficilement juif », ou comme « cas limite ».

 

Une note est attribuée, le « Jew Score », calculé par addition de trois scores compris entre 0 et 5 : le score I, fonction des origines familiales du sujet et du fait qu’il se considère ou non comme juif, le score O, indiquant dans quelle mesure le sujet ressemble à un Juif et se comporte comme un Juif, et enfin, le score K, qui indique dans quelle mesure les administrateurs de JONJ ont envie que ce personnage soit juif.

 

JONJ-Daffy-1.jpgUn non-juif qui ne fait pas l’objet de ragots concernant une appartenance fantasmée au peuple juif n’a pas de raison d’apparaître sur ce site. Aussi le score 0 reste-t-il exceptionnel : il n’est attribué, à ce jour, qu’à trois tristes sires : Hitler, Staline et Mel Gibson.

 

Des personnages comme Sholem Aleichem et Golda Meir obtiennent le score maximum de 15, mais Judas Iscariote n’obtient que 9 (on s’en est tenu, apparemment, à une lecture des Évangiles au premier degré). Charlie Chaplin, pas juif, se voit cependant attribuer un meilleur score que Monica Lewinsky.

 

Le catalogue de JONJ, qui s’enrichit de jour en jour (mais en privilégiant la culture télévisuelle américaine, il me semble), peut être consulté selon différents critères de tri : par nom, par score, par date de publication et par catégorie de personnages (artistes, personnalités politiques, etc. et même, personnages de fiction).

 

On peut suggérer des ajouts aux administrateurs. Pour ma part, je n’ai pas eu jusqu’à présent la main heureuse : mes suggestions n’ont pas été retenues. Un jour,  j’avais proposé Daniel Auteuil. Peut-être aurais-je eu plus de chances avec Marion Cotillard ? Mais voilà, je ne connais personne qui la prenne pour une Juive ! (P.S.: il y a des gens qui se posent la question, d'où sa présence sur ma liste.)

 

Personnellement, je trouve ce site amusant et dénué de tout aspect malsain, contrairement à une application logicielle du même nom qui a fait scandale récemment.

 

Cela dit, et même si cela peut sembler paradoxal, je serais le premier à dénoncer la création d’un site à l’image de JONJ dans le contexte français ou européen. En effet, si j’ai affirmé précédemment que ce site n’avait rien de malsain, c’est parce que le contexte américain est complètement différent (sans compter qu’il s’agit plutôt, en l’occurrence, du contexte juif américain).

 

À ce jeu, en publiant ma liste de non-juifs pris pour des Juifs, je m’étais limité à la partie « pas juif », la seule acceptable de ce côté de l’Atlantique. Je n’avais pas entrepris de justifier chaque élément de ma liste, car il eût fallu pour cela que j’y consacre non pas une simple page, mais un site Internet tout entier. Le jeu ne m’avait pas paru en valoir la chandelle, ce que la suite m’a confirmé – même si la page en question attire chaque jour bien davantage de visiteurs que tout le reste de mon blog (P.S.: j’ai fini par changer d’avis et j’ai créé en janvier 2013 un site ad hoc).

 

Enfin, et pour finir sur une note plus positive, certains articles de JONJ sont très instructifs. Ainsi, par exemple, c’est sur JONJ que j’ai commencé à découvrir l’histoire d’Emil Jellinek (1853-1918), une histoire qui m’a semblé assez cocasse pour que je poursuive mes recherches sur ce personnage extravagant et pittoresque et sur son rôle exact dans les premiers progrès de l’automobile. J’ai ainsi pu rassembler de nombreux détails piquants, que je me suis promis d’exploiter un jour ou l’autre pour écrire un article amusant et original. En attendant, j’ai traduit l’article en question et ce sera ma prochaine publication.

Repost 0
11 décembre 2011 7 11 /12 /décembre /2011 22:16

 

Une musique de circonstance

C’était dans une grande ville de l’est de la France, un concert de musique ancienne donné par des élèves des niveaux avancés du conservatoire national de région. J’étais de la partie, bien qu’ayant déjà décroché mon prix de conservatoire quelques années auparavant.

DP13186.jpgÀ l’initiative de notre estimée professeur, ce concert avait lieu dans la chapelle d’un hospice : nous allions donc jouer pour la bonne cause, offrir à tous ces pensionnaires grabataires et impotents un moment de plaisir, et sans doute les distraire un temps de leur condition.

J’avais choisi d’interpréter une pièce de Sweelinck, un compositeur flamand de la fin du XVIe siècle. Ce n’est que le jour même que je réalisai l’à-propos involontaire de mon choix. J’ignore si je fus le seul à m’en apercevoir, car personne ne me le fit remarquer. Toujours est-il que cela me fit bien rire intérieurement : cette série de variations sur une chanson profane était intitulée Mein junges Leben hat ein End’ (Ma jeune vie a une fin). Je jure qu’au moment où j’avais choisi cette œuvre, je n’avais pas fait le rapprochement.

 

Une tenue de circonstance

Ingénieur-analyste dans une société de services informatiques, j’avais été affecté à un projet concernant une caisse de retraite. Mes collègues et moi nous étions rendus sur place, et parmi nos interlocuteurs, Mlle S. se distinguait du lot par son jeune âge, et de ce fait, par une relative familiarité avec l’outil informatique, sans oublier sa tenue vestimentaire décontractée qui contrastait quelque peu avec le style de la maison.

disquette_070.JPGDe retour en nos locaux, un de mes collègues évoquant dans la conversation « le réseau » actuel, je manifestai ma surprise : de quel réseau parlait-il ? Chez ce client, les différents postes de travail n’étaient pas encore reliés. C’était précisément à nous qu’il revenait de proposer, pour la première fois, une solution en réseau. Mon collègue, qui était britannique, me répondit qu’il faisait allusion à ce que les Anglo-Saxons appellent  sneakers network – littéralement, le « réseau des baskets » – une de ces expressions imagées dont ils ont le secret. Il s’agissait, bien sûr, du transfert de fichiers par disquette d’une machine à une autre. Je reçus cette information comme un petit cadeau linguistique, comme une amusante petite pièce de collection à ajouter à mon vocabulaire anglais.

Lors de ma visite suivante dans la caisse de retraite en question, le lendemain, j’étais en réunion avec le directeur de l’institution et un ou deux collègues quand Mlle S. entra dans la salle. Je repensai avec un certain amusement à ce que m’avait appris mon collègue anglais. En effet, je venais de vérifier d’un coup d’œil la pertinence de son propos de la veille : la jeune femme avait bien des baskets aux pieds.

Repost 0
15 septembre 2011 4 15 /09 /septembre /2011 17:23

Comme on l’a vu, pendant mes vacances de l’été 2011, j’ai admiré de belles femmes nues au Capitole de Toulouse, dans la salle des Illustres : entre autres, celles peintes au plafond par Édouard Debat-Ponsan. Ces beautés symbolisent les arts, comme tout le monde a pu le remarquer.

008aSi j’insiste sur le thème des femmes nues, c’est pour faire grimper l’audience de mon blog. J’ai une bonne excuse pour faire cela : je souhaite ne pas y attirer uniquement les personnes qui cherchent à savoir si Daniel Auteuil, Vincent Cassel et Nicolas Hulot sont juifs.

Ours-046a.jpgLe jour même de mon arrivée dans les Hautes-Pyrénées, j’ai vu des ours de près. Voir des ours dans les Pyrénées, ce n’est pourtant pas si banal par les temps qui courent.

J’ai aussi vu de près un ou deux loups, mais la plus grande menace à mon intégrité physique pendant ce séjour dans les Pyrénées a été le fait d’une vache, suite à un refus de priorité.

Plus précisément, c’est la vache qui m’a refusé la priorité, puisqu’elle venait de ma gauche. Je la lui ai refusée à mon tour, mais pas longtemps.

Statue-B1.jpgEn Espagne, sur la Costa Blanca, j’ai découvert la musique de variété allemande, entre autres des tubes comme Frankreich, Frankreich du groupe Bläck Fööss et Guten morgen, liebe sorgen de Jürgen von der Lippe. C’est surtout amusant quand on ne comprend pas l’allemand... et peut-être aussi quand on est allemand ? Un sain dépaysement, quoi qu’il en soit. 

Bien sûr, ce n’est pas ce qui a rempli mes journées, mais il ne manquerait plus que cela que mon blog devienne un journal intime ou un album de vacances. Entre nous, qui cela intéresserait-il ?

Mirador-Altea.jpgPendant mes vacances, j’ai failli réussir à laisser de côté mes préoccupations habituelles, surtout celles concernant la politique, le devenir du monde et les inquiétantes dérives actuelles.

Il a pourtant fallu qu’en visitant une petite ville des environs, je passe devant une boutique ayant mis en évidence une traduction en espagnol du torchon de l’autre indigne ainsi qu’un livre d’un prétendu historien anglais finement intitulé « L’Holocauste espagnol ». Ça parlait de la guerre civile espagnole, je crois (dite aussi Guerre d’Espagne, un drôle de nom pour une guerre civile).

11-08-22-034a.jpgSi j’étais entré dans ce sinistre lieu, sans doute y aurais-je trouvé aussi des ouvrages de Garaudy, Meyssan, Soral et autres auteurs tout aussi recommandables ? 

Une façon de nier ce qui vous est arrivé consiste à prétendre que c’est aussi arrivé aux autres. C’est bien le sens de l’emploi du mot « holocauste », même si, par ailleurs, ce terme n’aurait jamais dû servir à désigner la Shoah.

Moi, quand je vois cela, je me sens devenir franquiste. Est-ce grave, Docteur ?

Repost 0

Le Blog De Marcoroz

  • : Le blog de Marcoroz
  • Le blog de Marcoroz
  • : Un blog ... d'excellente tenue, tant sur le fond que sur la forme ... (Menahem) - Un des meilleurs blogs ... vos articles m'enchantent à chaque fois. (Pascal) - ... une belle plume, une vraie réflexion ... (Feenix) - ... rigueur, concision, et pas de langue de bois. (Spqr) - ... une œuvre de salubrité publique ... (Stella) - ... des idées et une approche intéressantes ... (Roland) - Beau, frais, lumineux comme ces rayons de soleil au matin ... (Pierre)
  • Contact

Libérez Pollard !

 Jonathan Pollard

Archives

עם ישראל חי

POUR SION JE NE ME TAIRAI PAS !
POUR JÉRUSALEM JE NE RESTERAI PAS SILENCIEUX ! (Isaïe 62:1)

Marcoroz