Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 août 2014 1 25 /08 /août /2014 15:20

 

Mes traductions de Yashiko Sagamori et autres auteurs américains sont désormais accessibles sur le blog suivant:

 

La Vérité sur le Proche-Orient (http://faitsmo.blogspot.fr/)

 

Pour mes autres articles, les liens seront indiqués ici-même, à mesure que leur transfert sera effectué.

 

Il y a aussi :

 

Les Juifs qui ne le sont pas (http://pasjuifs.blogspot.fr/)

 

Merci à mes lecteurs pour leur fidélité.

 


P.S.: en attendant, vous pouvez télécharger l'application AdBlock pour ne plus voir apparaître les publicités.

 

 

Partager cet article

Published by Marcoroz
commenter cet article
24 août 2014 7 24 /08 /août /2014 22:35

 

Non, je n'ai pas opté pour la publicité.

 

C'est OverBlog, mon hébergeur, qui a changé sa politique cet été, et qui nous impose maintenant la publicité.

Et quelle publicité ! Omniprésente, et incroyablement tapageuse.

 

En conséquence, je suis en train de transférer mes articles sur une autre plate-forme.

 

P.S.: en attendant, vous pouvez télécharger l'application AdBlock pour ne plus voir apparaître les publicités.

 

Partager cet article

Published by Marcoroz
commenter cet article
28 avril 2014 1 28 /04 /avril /2014 14:55

 

Mon jeu des dix propositions n’ayant pas eu le succès escompté, j’avais renoncé à donner la solution. Sachant que les anecdotes en question ont tout de même été appréciées par plusieurs de mes lecteurs, j’en livre maintenant dix autres, mais qui sont toutes vraies :


* * * * *

 

1. Comme je le croisais dans l’escalier du Palais Garnier pendant l’entracte d’un opéra, Jean Rochefort m’a souri. Cela n’a peut-être rien d’extraordinaire, mais j’en aurais un certain nombre d’autres à raconter dans ce genre ; et si on les met bout à bout, cela devient plus intéressant…


2. À lentrée dune boutique près de la Seine, sur la rive gauche, ma mère me suggérait un cadeau pour ma petite amie. « Je ne sais pas si elle aimera », lui répondis-je, et Serge Gainsbourg, qui passait par là juste à ce moment, lança : « Oui, elle aimera. »


3. Un jour que je me promenais seul à Jérusalem, deux jeunes Arabes m’ont emmené dans un sous-sol. Je venais d’avoir des émotions sur le Mont des Oliviers, et il ne me manquait plus que cela. Enfin sorti de ce guêpier, je ne me suis senti pleinement rassuré qu’une fois revenu dans le quartier juif de la vieille ville.

 

4. À l’université de Haïfa, sur l’invitation d’une étudiante, j’avais squatté le dortoir des filles pendant deux nuits. J’y étais le seul homme, entouré de plusieurs jeunes Israéliennes. Personne n’en avait été choqué ni surpris.


5. Dans un village de cent habitants en Haute-Marne, prenant le thé chez une châtelaine jordanienne, j’avais été surpris d’apercevoir dans la grande salle de son château une étoffe ornée d’étoiles de David. Par la suite, j’ai appris qu’elle se passionnait pour Israël et pour l’art juif.


6. À la réception du mariage entre deux enfants de comtes et de comtesses au Pré Catelan, un endroit très chic au milieu du Bois de Boulogne, j’avais été interloqué de constater que le buffet, pourtant signé d’un prestigieux traiteur bien connu, se limitait à des petits morceaux de carottes et de concombres avariés et desséchés. Autre surprise, voir la mariée, devant tout le monde, repousser violemment, avec dégoût, son promis qui venait de lui poser la main sur le bas du dos sans mauvaise intention.


7. Dans la cathédrale de Langres, tenant l’orgue de chœur pour la messe de minuit, je n’ôtais mes gants de ski qu’au moment de jouer, tant il faisait froid. Comme, outre une chorale, javais accompagné une chanteuse soliste dans une musique d’un compositeur local peu connu, de la période post-romantique, l’évêque a déclaré qu’ayant entendu cette œuvre une première fois en 1943, il ne s’était pas attendu à avoir l’occasion de la réentendre avant sa retraite, qui était imminente.


8. Un jour, en Normandie, j’ai déjeuné seul en tête-à-tête avec Wieland Kuijken (ce grand maître belge qui a fait renaître la viole de gambe et qui a formé toute une génération de musiciens, parmi lesquels Jean-Louis Charbonnier et Jordi Savall).


9. Recevant un appel téléphonique d’un homme âgé avec un accent, qui appelait de létranger et demandait à me parler, je lui répondis : « C’est moi-même. » Il me dit alors : « Eh bien… moi aussi, je suis moi-même. Mon nom est Martin Gray. »


10. Comme je passais une semaine de vacances avec une jeune femme dans une maison d’hôtes, dans le Limousin, nous avons sympathisé avec les autres pensionnaires, qui étaient une vingtaine, et nous nous sommes presque tous revus à l’occasion d’un repas organisé à Paris. Depuis le début, ils ont tous cru, et ils croient encore, que nous étions un couple.

Partager cet article

17 février 2014 1 17 /02 /février /2014 18:00

 


On ne fait la paix qu’avec ses amis.

 

* * * * *

 

Les blogs, ce devrait être comme les voitures : on devrait instituer un permis.

 

* * * * *

 

Entre qui craint de passer pour antisémite et qui ne le craint pas, la seule différence est la crainte.

 

* * * * *

 

Quand on a le sentiment d’être taxé de quelque chose, c’est souvent un problème de perception.

 

* * * * *

 

Bruxelles-Nord, c’est une gare de TGV. Et Jérusalem-Est, est-ce une station de tram ?

 

* * * * *

 

Si admettre qu’il existe des races c’était faire du racisme, alors admettre qu’il existe des religions, ce serait faire de la discrimination religieuse ? Admettre qu’il existe deux sexes, ce serait être sexiste ?

 

* * * * *

 

Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, et je me battrai pour que vous cessiez de le dire.

 

Partager cet article

7 février 2014 5 07 /02 /février /2014 22:08

 

Un ami a attiré mon attention sur un article de presse concernant une session expérimentale de présentation du clavecin à des enfants âgés de 5 à 6 ans, à Chartres.

 

Irène Assayag, professeur de clavecin et de musique ancienne, « accueille les mercredis et samedis huit jeunes élèves », et « une vingtaine d’enfants » d’une école maternelle ont pu se familiariser avec l’instrument « pendant un trimestre ». Pas très clair, mais là n’est pas l’important.

 

« Pour montrer que le clavecin n’était pas réservé à quelques-uns, explique le professeur, j’ai ouvert cet atelier avec les enfants en septembre dernier. »

 

Je me demande en effet jusqu’à quand il faudra essayer de faire comprendre aux gens que ni la musique classique, ni aucun instrument, ne sont réservés à un petit nombre d’élus.

 

Assayag.jpeg« Pour Jilali Tazi, informaticien, père de Shirine et de son frère Ismaël, découvrir le clavecin a été une évidence : « J’ai toujours voulu donner à mes enfants une grande ouverture d’esprit. Si cela peut contribuer à leur épanouissement, c’est formidable. » »

 

Ce monsieur sait-il à quel point il a raison ?

 

Si jamais ses enfants finissent par étudier sérieusement le clavecin, leur apprentissage ne se limitera pas à la maîtrise d’un instrument de musique. Ils seront amenés à découvrir le répertoire baroque en général, c’est-à-dire toute la musique composée entre le tout début du XVIIe et le milieu du XVIIIe siècle. Il y a des chances pour qu’ils s’intéressent aussi à la musique qui précède ce répertoire et à celle qui lui succède.

 

Ils seront amenés également à connaître la raison pour laquelle on emploie le mot « baroque ». Ils entendront alors parler de la Contre-réforme et de son influence déterminante sur les arts. Ce faisant, ils acquerront peut-être quelques notions d’architecture baroque.

 

Ils suivront des stages d’été au cours desquels ils seront initiés à la danse baroque et à la rhétorique baroque. Cela leur permettra de mieux comprendre certaines peintures et sculptures de cette époque. Par la même occasion, il y a des chances pour qu’ils découvrent aussi la musique et les danses de la Renaissance. Par la suite, il n’est pas impossible que leur voyage initiatique inclue la musique médiévale.

 

Ils apprendront la basse continue, comme tout claveciniste qui se respecte, et cela leur permettra de mieux accompagner des chanteurs, des violistes, des flûtistes et autres instrumentistes, dans des œuvres profanes ou sacrées.

 

Ils s’initieront à l’orgue. Ils sauront le pourquoi et le comment des différences entre la liturgie catholique et la liturgie protestante, au moins du point de vue de la musique. Ils apprendront quelles sont les parties successives de la messe. Immanquablement, ils admireront les merveilles de la musique chrétienne de cette période de l’Histoire, qui est un sommet inégalé de la création humaine.

 

Voilà comment, par la musique, on apprend à connaître et à admirer le patrimoine historique, culturel, religieux et artistique de la France et de l’Europe.

 

Je ne peux manquer de relever que les trois enfants nommés dans l’article en question – et photographiés – se prénomment Nabintou, Shirine et Ismaël. Je ne peux manquer non plus de relever que la personne qui leur ouvre de telles perspectives s’appelle Irène Assayag.

Partager cet article

26 novembre 2013 2 26 /11 /novembre /2013 23:27

 

« La pluralité de la presse est garante d'une démocratie en bonne santé. »

 

(communiqué intersyndical de France-Soir)

 

 

Libération : Un village palestinien menacé de démolition attend la sentence israélienne – Les habitants palestiniens de Zanouta, dans le sud de la Cisjordanie, grelottent à lapproche de lhiver, mais frissonnent surtout à lévocation de la prochaine décision de la Cour suprême israélienne sur la démolition de leur village. (…)

 

Corsematin : Un village palestinien menacé de démolition attend la sentence israélienne – Les habitants palestiniens de Zanouta, dans le sud de la Cisjordanie, grelottent à lapproche de lhiver, (…)

 

Meteo-Israel.jpgFrance 24 : Un village palestinien menacé de démolition attend la sentence israélienne – Les habitants palestiniens de Zanouta, dans le sud de la Cisjordanie, grelottent à lapproche de lhiver, (…)

 

La Croix : Un village palestinien menacé de démolition attend la sentence israélienne – Les habitants palestiniens de Zanouta, dans le sud de la Cisjordanie, grelottent à lapproche de lhiver, (…)

 

La Montagne : Un village palestinien menacé de démolition attend la sentence israélienne – Les habitants palestiniens de Zanouta, dans le sud de la Cisjordanie, grelottent à lapproche de lhiver, (…)

 

Le Pays Roannais : Un village palestinien menacé de démolition attend la sentence israélienne – Les habitants palestiniens de Zanouta, dans le sud de la Cisjordanie, grelottent à lapproche de lhiver, (…)

 

alvinet.com : Un village palestinien menacé de démolition attend la sentence israélienne – Les habitants palestiniens de Zanouta, dans le sud de la Cisjordanie, grelottent à lapproche de lhiver, (…)

 

M6 MSN : Un village palestinien menacé de démolition attend la sentence israélienne – Les habitants palestiniens de Zanouta, dans le sud de la Cisjordanie, grelottent à lapproche de lhiver, (…)

 

TV5 Monde : Un village palestinien menacé de démolition attend la sentence israélienne – Les habitants palestiniens de Zanouta, dans le sud de la Cisjordanie, grelottent à lapproche de lhiver, (…)

 

Var Matin : Un village palestinien menacé de démolition attend la sentence israélienne – Les habitants palestiniens de Zanouta, dans le sud de la Cisjordanie, grelottent à lapproche de lhiver, (…)

 

Al-Manar : Un village palestinien menacé de démolition attend la sentence israélienne – Les habitants palestiniens de Zanouta, dans le sud de la Cisjordanie, grelottent à lapproche de lhiver, (…)

 

LExpress : Un village palestinien menacé de démolition attend la sentence israélienne – Les habitants palestiniens de Zanouta, dans le sud de la Cisjordanie, grelottent à lapproche de lhiver, (…)

 

Nouvel-Obs : Un village palestinien menacé de démolition attend la sentence israélienne – Les habitants palestiniens de Zanouta, dans le sud de la Cisjordanie, grelottent à lapproche de lhiver, (…)

 

(...) 

N.B.: Ai-je besoin de préciser qu’il s’agit de maisons récemment construites sans permis de construire, donc illégales ? Que les constructions sans permis faites par des Juifs connaissent le même sort ? Qu’un des juges de la Cour suprême est un Arabe ? etc., etc. 

N.B.Au moment où l’AFP a pondu cette dépêche, dans le sud de la « Cisjordanie », autrement dit, dans le sud de la Judée (Judée, dont dérive le mot « JUIF »), la température était de + 30°C.

(merci à Jssnews.com pour l'information)

Partager cet article

15 octobre 2013 2 15 /10 /octobre /2013 15:55

Quand je vois des prospectus sur les pare-brise, et surtout sur la lunette arrière des voitures, je les enlève et je les jette à la poubelle. Je fais cela pour plusieurs raisons. Premièrement, la production de ces prospectus, en sachant pertinemment que la plupart seront ignorés et jetés, est un énorme gaspillage. Deuxièmement, cette production est une activité polluante. Troisièmement, les automobilistes jettent généralement ces prospectus sur la voie publique, et il en résulte, là encore, de la pollution. Ces prospectus sont donc polluants à plus d’un titre. Quatrièmement, ces prospectus compliquent la vie des automobilistes handicapés, qui ne peuvent pas toujours facilement faire le tour de leur véhicule pour les enlever. Cinquièmement, cela me fait faire de l’exercice.

Les réactions des passants sont très variées. Il y a ceux qui me regardent avec surprise. Il y a ceux qui me demandent pourquoi je fais cela. Il y a ceux qui sont choqués. Il y a ceux qui m’applaudissent. Il y a ce cantonnier d’origine africaine qui m’interpelle, visiblement dérangé par ce qu’il n’a pas l’habitude de voir : une fois que je lui ai rapidement expliqué mes raisons d’agir ainsi, il m’informe qu’à cause de ces prospectus, il a deux fois plus de travail, puis il me lance avec conviction : « Vas-y, mon frère, continue ! Fais ton travail ! »

13-10-15-002a.jpgL’autre jour, c’est un jeune homme qui émet cette protestation : « Eh, (il) faut laisser les gens s’exprimer ! » Curieuse parole, révélatrice de la confusion actuelle. En effet, les prospectus que j’enlève n’ont rien à voir avec l’expression (politique ? artistique ?) des « gens », et donc, avec la liberté d’expression. C’est de la publicité commerciale.

En outre, si j’en juge par l’allure, la dégaine, la façon de parler et la tenue vestimentaire de ce jeune homme, il doit voter à gauche, voire très à gauche. De sa part, défendre une méthode de publicité commerciale « sauvage » pratiquée par des entreprises à capitaux privés, me semble donc particulièrement incohérent.

Autre exemple d’invocation à tort et à travers de la « liberté d’expression », les réactions observées après que Claude Askolovitch ait été désinvité du salon du livre organisé par une association juive à Neuilly-sur-Seine, suite à une vague de protestations en raison de ses prises de position récentes.

Claude Askolovitch, qui est journaliste et chroniqueur de métier, « s’exprime » régulièrement, semaine après semaine, jour après jour, dans des journaux, à la radio et à la télévision. C’est son activité principale. Rares sont ceux qui ont autant de possibilités de s’exprimer qu’un journaliste.

Lorsque M. Askolovitch est déclaré persona non grata dans le cadre, non pas d’un débat, mais d’un événement (marginal) à caractère publicitaire (puisque les auteurs y exposent leurs livres et les vendent), organisé un dimanche dans des salons par une association qui est probablement inconnue de la plupart de ses lecteurs et auditeurs, on peut approuver ou désapprouver, mais parler d’atteinte à la liberté d’expression, comme l’ont fait certains, est parfaitement ridicule.

 (P.S.: Surtout que ces gens qui parlent d’atteinte à la liberté d’expression sont les mêmes qui, il y a deux ans, ont obtenu qu’un autre salon du livre juif désinvite Christine Tasin et Pierre Cassen, en raison de leurs idées !)

Partager cet article

Published by Marcoroz - dans Un monde de fous
commenter cet article
4 octobre 2013 5 04 /10 /octobre /2013 15:42

 

(article rédigé le 4 octobre 2013 par l’association « Droit au temps », dans le cadre du Mouvement contre le repos hebdomadaire du samedi)

 

Une bonne nouvelle : l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe a voté le 1er octobre 2013 une résolution intitulée « Le droit à l’intégrité temporelle ».

 

BoycottDifférentes pratiques y sont qualifiées de « violations de l’intégrité temporelle des personnes ».

 

Il s’agit notamment de la pratique du repos hebdomadaire du vendredi soir au samedi soir, qui prive les enfants du droit à effectuer leurs devoirs scolaires quand bon leur semble.

 

La liste complète comprend :

 

- Le fait de remplacer pendant plusieurs jours daffilée le pain normal par du pain azyme ;

- la pratique d’un jour chômé hebdomadaire en début de week-end pour des motifs religieux ;

- les repas sans laitages, lorsqu’ils comportent de la viande ;

- les signes religieux en forme d’étoile à six branches.

 

l jude-lawLa résolution appelle les États membres à « définir clairement les conditions médicales, sanitaires et autres à respecter s’agissant des pratiques qui sont aujourd’hui largement répandues dans certaines communautés religieuses, telles que la pratique d’un repos hebdomadaire médicalement non justifié chez les mineurs. »

 

Elle appelle également les États à « engager un débat public, y compris un dialogue interculturel et interreligieux, afin de dégager un large consensus sur les limites à ne pas dépasser en ce qui concerne les atteintes à l’intégrité physique des enfants compte tenu des normes des droits humains » et à « adopter des dispositions juridiques spécifiques pour que certaines pratiques ne soient pas réalisées avant qu’un enfant soit en âge d’être consulté. »

 

La résolution a été adoptée par un vote de 77 voix pour et 19 voix contre, avec 12 abstentions.

 

Judenstern.jpgLes travaux du Jewish Shabbat Resource Center (JSRC, Centre juif de ressources sur le Shabbat) ont été utilisés pour soutenir le rapport en faveur de la résolution. Le docteur Otto Weininger, directeur exécutif du JSRC, s’est félicité de cette nouvelle. « Nous sommes très heureux du travail réalisé en faveur de cette résolution et de ce résultat décisif. Nous espérons que cette résolution élargira le débat sur le repos hebdomadaire et les droits des enfants et augmentera la reconnaissance du préjudice physique, moral et psychologique », a-t-il déclaré.

 

 

P.S. : Il est possible que quelques petites erreurs se soient glissées dans le texte ci-dessus (inspiré, en réalité, de ceci), mais elles n’en modifient en rien la teneur et n’en altèrent pas le message essentiel.

Partager cet article

9 septembre 2013 1 09 /09 /septembre /2013 08:32

 

Je ne roule que ma bosse, et je n’ai pas de bosse.

Je ne roule pour personne, car je n’ai pas de boss.

 

* * * * *

 

Faire reculer la délinquance routière ?

Mais d’abord, il faudrait la freiner, puis l’arrêter !

 

* * * * *

 

Faire l’éloge de la diversité,

 et en même temps, promouvoir le métissage ?

 

* * * * *

 

Les chrétiens parlent du Verbe, les juifs parlent du Nom :

 et dans quelle religion parle-t-on de l’Adjectif ?

 

* * * * *

 

« Après vous !  – Je n’en ferai rien. – Alors, restez où vous êtes ! »

 

* * * * *

 

Nous opinons sauf quand nous disons : « Oh, pis non ! »

 

* * * * *

 

Un élu qui ne se laisse pas acheter, il mérite d’être loué !

 

 

Partager cet article

24 mai 2013 5 24 /05 /mai /2013 15:41

 

Un jour, il y a quelques années, ma compagne voulait m’offrir un ou deux CD mais ne connaissait pas encore bien ma discothèque. N’ayant aucune référence à lui donner, et subodorant que le catalogue des magasins se rétrécissait à mesure que grossissait celui des sites de commerce électronique, je lui avais suggéré simplement deux noms de compositeurs dont je ne possédais encore aucun enregistrement : un musicien du siècle de Lully (Carissimi), et un contemporain de Haydn et de Mozart (Stamitz).

 

Au rayon CD audio du magasin Fnac le plus proche, où elle demandait de l’aide pour trouver ces deux compositeurs, il semble qu’on l’ait regardée avec un air ahuri. Mais le plus consternant est qu’on lui ait demandé à mon sujet : « Mais il a quel âge ? »

 

J’ai souvenir d’une époque où les vendeurs du rayon classique de la Fnac étaient des connaisseurs. Aujourd’hui, c’est à croire que l’ignorance de leurs successeurs n’a d’égal que leur stupidité.

 

Mozart jeuneJ’ai repensé à cette histoire en découvrant certaines réactions étranges au projet de la SNCF de diffuser de la musique classique dans des stations de RER pour faire fuir les délinquants. Selon certains petits gratte-papier visiblement imprégnés de l’idéologie que l’on sait, il s’agirait en réalité d’un projet « anti-jeunes » (sic) !

 

Comment peut-on mettre en opposition la jeunesse et la meilleure musique ? (et comment peut-on assimiler la jeunesse à la délinquance ?)

 

À quel âge est-on censé entrer au conservatoire ?

 

Quel âge faudrait-il donc avoir pour écouter la musique de Monteverdi, de Vivaldi, de Mozart, de Beethoven et de leurs contemporains ? Et pour Chopin et Liszt ? Et Ravel ?

 

Est-ce que Mozart, mort à 35 ans, était un vieillard quand il composait ses symphonies et ses concertos ? Est-ce que Schubert, qui n’a vécu que 31 ans, n’était déjà plus jeune quand il a commencé à composer ? À quel âge Pergolèse, mort à 26 ans, aurait-il donc cessé d’être jeune ?

Si les drogués, les délinquants et autres indésirables ne supportent pas la musique classique, tant pis pour eux, et tant mieux pour nous autres honnêtes et pacifiques citoyens. Diffuser de la musique classique dans les lieux publics, c’est doublement bénéfique : pour notre sécurité, et pour notre plaisir. Et s’il n’y a pas que la racaille que cette musique dérange, c’est que nous vivons une bien triste époque.

Partager cet article

Le Blog De Marcoroz

  • : Le blog de Marcoroz
  • Le blog de Marcoroz
  • : Un blog ... d'excellente tenue, tant sur le fond que sur la forme ... (Menahem) - Un des meilleurs blogs ... vos articles m'enchantent à chaque fois. (Pascal) - ... une belle plume, une vraie réflexion ... (Feenix) - ... rigueur, concision, et pas de langue de bois. (Spqr) - ... une œuvre de salubrité publique ... (Stella) - ... des idées et une approche intéressantes ... (Roland) - Beau, frais, lumineux comme ces rayons de soleil au matin ... (Pierre)
  • Contact

Libérez Pollard !

 Jonathan Pollard

עם ישראל חי

POUR SION JE NE ME TAIRAI PAS !
POUR JÉRUSALEM JE NE RESTERAI PAS SILENCIEUX ! (Isaïe 62:1)

Marcoroz